Nouvelles COVID-19

Conseils pour voyager en toute sécurité
Bureau de Charles Quint, monastère de Yuste

Route de Charles Quint : le dernier voyage

none

Un itinéraire royal à cheval sur trois régions espagnoles

Il s’agit de revivre un chapitre important de l’histoire d’Espagne du XVIe siècle : le tout dernier voyage réalisé par l’empereur Charles Quint avant sa mort. Un trajet d’environ 550 kilomètres entre le port de Laredo (Cantabrie), au nord de l’Espagne, et le monastère de Yuste (Estrémadure).

Un parcours historique

Ce voyage historique traverse les régions de Cantabrie, Castille-León et Estrémadure, qui conservent encore un riche patrimoine monumental de l’époque. Un voyage tiré des livres d’histoire pour découvrir quelques-unes des communes que le monarque visita lors de son dernier voyage.Le voyageur décide lui-même les endroits où s’arrêter et la durée. La route part de Laredo (Cantabrie) et passe par Medina de Pomar (province de Burgos), Venta de Baños (province de Palencia), Valladolid, Medina del Campo, Peñaranda de Bracamonte (province de Salamanque), Ávila, Cáceres (province d’Estrémadure) et Jarandilla de la Vera. Elle se termine à Cuacos de Yuste.     

Intérieur de la cathédrale de Burgos

La mer Cantabrique comme point de départ

L’empereur Charles Quint débarqua au port de Laredo (Cantabrie) en 1556. Ce village marin est bordé aujourd’hui par la plage de La Salvé, qui s’étend sur plus de quatre kilomètres et où il est aisé d’imaginer le débarquement historique de plus de 50 navires. Laredo se distingue par son centre historique, ses remparts et un buste à l'effigie de l'empereur. À l’occasion de la fête du « dernier débarquement de Charles Quint », qui se tient fin septembre, les habitants défilent en costume d'époque pour commémorer cet événement.Medina de Pomar, située à seulement 60 kilomètres en Castille-León, constitue la première étape du voyage. Cette ville médiévale possède un imposant château du XIVe siècle, l’Alcazar de los Velasco. Burgos, située à près de 100 kilomètres, abrite trois monuments incontournables : sa cathédrale, classée au patrimoine mondial par l’Unesco, le monastère royal de Las Huelgas et l'arc de Santa María, où est représenté Charles Quint.

Représentation du dernier débarquement de Charles Quint

Après avoir parcouru 90 kilomètres, vous pourrez faire étape à Venta de Baños (province de Palencia), dont la basilique wisigothe vaut le détour. Valladolid, à seulement 37 kilomètres de là, est une ville harmonieuse où il fait bon flâner et trouver le calme.Vous pouvez également visiter la vieille ville de Peñaranda de Bracamonte (province de Salamanque) ou contempler la vue sur le Tormes depuis le château de Barco de Ávila. En fin de parcours, vous pourrez admirer toute la beauté du monastère de Yuste (province d’Estrémadure) et du palais annexe, où Charles Quint décida de passer ses derniers jours.

Les saveurs de chaque terroir

Ce voyage impérial est également l'occasion de découvrir les richesses gastronomiques que recèle chaque étape. La route de Charles Quint reflète toute la diversité de la cuisine espagnole.

Filet de bœuf, poisson au four et torrijas

Sur le chemin, vous aurez l’occasion de goûter aux poissons au four de la côte de Cantabrie, aux délicieux ragoûts et plats de viande de Castille-León (haricots blancs et boudin de Burgos, côte de bœuf d'Ávila…), aux savoureuses migas (mies de pain frites au chorizo et au lard) et à la caldereta de cordero (sorte de ragoût d'agneau) d’Estrémadure, terre également réputée pour la qualité de son jambon ibérique tout comme la province de Salamanque. Sans oublier les fromages et le vin de la Ribera del Duero ainsi qu’un assortiment de desserts typiques de ces régions, histoire de rendre le voyage plus agréable : lazos de hojaldre (pâtisserie à base de pâte feuilletée), yemas (confiseries à base de jaunes d’œuf et de sucre), torrijas (sorte de pain perdu), leche frita (lait frit)...Toutes les conditions sont désormais réunies pour emprunter la route de Charles Quint, mais avec tous les avantages du XXIe siècle.

Chambre de Charles Quint, monastère de Yuste