Travel Safe

Conseils pour voyager en toute sécurité Dernières nouvelles
Plafond à caissons de la voûte de la synagogue du Tránsito à Tolède.

Chemins séfarades

none

Juifs, musulmans et chrétiens ont cohabité pendant plusieurs siècles, et jusqu’en 1492, dans de nombreuses villes espagnoles, différentes traditions et expressions culturelles et religieuses se sont côtoyées. 

Nous vous invitons à découvrir 22 villes où ont vécu des communautés juives dont la présence s'est parfois étendue sur plus d’un millénaire. Venez parcourir les chemins séfarades, terme désignant les membres de la communauté juive issus de la Péninsule ibérique.Flânez dans les ruelles étroites d’anciens quartiers juifs, poussez les portes d’une synagogue ou visitez des musées dont la mission est de préserver ce riche héritage. En d'autres mots, faites un voyage dans le temps. Voyager dans l’une de ces villes constitue une expérience unique alliant histoire, art, traditions et gastronomie.

Label identifiant le réseau des quartiers juifs d’Espagne

Venez explorer notre héritage séfarade et découvrez les raisons de l'essor de l’artisanat, du commerce, de la science ou de la poésie. N’oubliez pas que vous pouvez vous procurer la Sefarad Card, qui vous permet de bénéficier de promotions et de remises sur vos achats.

Ávila (Ávila, Castille-León). Dans cette ville de Castille, vous pourrez parcourir les rues au tracé irrégulier de son ancien quartier juif qui n'a rien perdu de son charme avec ses maisons basses. Grâce à différentes archives, il a été possible d’identifier l’emplacement des synagogues, de la maison du rabbin, du cimetière, des commerces ou des tanneries (ateliers où l’on transformait les peaux en cuir). Le jardin de Moshé de León rend hommage à celui que l’on considère comme l'auteur du Sefer ha-Zohar, qui révéla les mystères de la kabbale. Barcelone (Barcelone, Catalogne). Nous vous conseillons vivement de vous promener dans son quartier gothique – qui correspondrait à l'ancien quartier juif – dans lequel se déploie un entrelacs de ruelles et dans lequel est encore conservée une partie de l’ancienne synagogue. Toujours dans cette partie de la ville, vous trouverez le centre d'interprétation du quartier juif (géré par le musée d’histoire de Barcelone), qui expose des objets des XIIIe et XIVe siècles et organise des circuits guidés, des dégustations de cuisine catalano-juive, des conférences, etc. Saviez-vous que Montjuïc signifie « mont des juifs » et que cette colline a abrité un cimetière juif ?

Gens portant un costume de chevalier orné d'emblèmes juifs lors du Festival médiéval d’Ávila dans le quartier juif

Béjar (Salamanque, Castille-León). Son ancien quartier juif abritait une synagogue, une école, des bains, une charcuterie, une boulangerie, un hôpital et un cimetière. L’imminent médecin Judah Ben Musa y passa toute sa vie. Nous vous conseillons d’aller visiter le musée juif pour en savoir plus sur ce riche héritage. Autre curiosité : saviez-vous que des juifs du nom de Béjar ou Bejarano furent contraints à l'exil en 1492 et se dispersèrent sur les cinq continents ? Cáceres (Cáceres, Estrémadure). Une promenade dans son vieux quartier juif vous donnera l’occasion d’admirer des maisons blanchies à la chaux adossées à l’enceinte fortifiée et ornées de fleurs et de cheminées en pierre, une multitude de charmants recoins ou le jardin de l’Olivar de la Judería. Cáceres a également vu la naissance du nouveau quartier juif qui s’articulait autour de la rue de la Cruz et dont la synagogue se situait à l’emplacement de l'actuel palais de la Isla.  

Maison dans le quartier juif de Cáceres

Calahorra (La Rioja). Son quartier juif, construit sur l’ancienne acropole de la Calagurris romaine, avait sa propre enceinte fortifiée. Et, chose étonnante, les maisons de l’époque sont encore habitées aujourd’hui. Mentionnons également ses incontournables belvédères et qu’il est intéressant de s’attarder sur les noms de ses rues qui rappellent le métier des artisans qui y vivaient. Par ailleurs, la cathédrale de Calahorra conserve deux fragments de Torah découverts en 1929.  Cordoue (Cordoue, Andalousie). Les belles et nombreuses rues qui composent le quartier juif vous séduiront par leur charme typiquement andalou. Vivez une expérience inoubliable en visitant la superbe synagogue – l’une des rares qui subsistent en Espagne –, les patios intérieurs réputés pour leur fraîcheur, la statue de Maïmonide ou la porte de Calahorra. Les événements associés à cette culture, tels que « L’Automne séfarade » ou le « Festival international de musique séfarade », sont également dignes d’intérêt.

Intérieur de la synagogue de Cordoue

Estella-Lizarra (Navarre). Son premier quartier juif, érigé dans le quartier d’Elgacena, fut abandonné il y a des siècles et l’on pense que son ancienne synagogue se situait sur l’emplacement de l'actuelle église Santa María Jus del Castillo. Les années passant, la présence des juifs s’intensifia, ce qui entraîna la création du nouveau quartier juif attenant aux murs du château de Belmecher. Saviez-vous que le quartier juif d’Estella-Lizarra fut le troisième le plus important du royaume de Navarre ? Nous vous recommandons de vous promener dans la rue commerçante très animée, la « Rúa de las Tiendas », et d’imaginer l'activité des anciens commerçants. Hervás (Cáceres, Estrémadure). Rustique et très original, cette petite ville vous séduira avec ses boutiques de produits artisanaux et ses maisons traditionnelles où se mêlent bois de châtaignier et adobe encore habitées et qui bordent les rues qui descendent jusqu’à la rivière Ambroz. Certaines de ses rues portent des noms tels que rue du Rabilero (dérivant de rabbin) ou de la Sinagoga et, en juillet, la ville célèbre la Fête des convertis, un moment idéal pour côtoyer les habitants vêtus de costumes d’époque ou pour découvrir la cuisine séfarade.  

Maisons dans le district juif d’Hervás. Cáceres. Estrémadure

Jaén (Jaén, Andalousie). C'est dans cette ville qu’on mentionna pour la première fois la présence de juifs espagnols. Leur héritage est encore manifeste douze siècles plus tard. Le quartier juif se serait étendu entre les actuelles rues de Sant Andrés, Huérfanos, Los Caños-Arroyo de San Pedro et Martínez Molina. On croit savoir qu’une synagogue était adossée au couvent Santa Clara et que l’église San Andrés fut une synagogue avant de devenir un lieu de culte chrétien. Parmi les personnages les plus notables qui y vécurent, nous trouvons Hasday ibn Shaprut, créateur de la poésie hispano-hébraïque et conseiller des califes de Cordoue.   León (León, Castille-León). Zapaterías (cordonnerie), Platerías (orfèvrerie), Azabachería (lapidaire de jais), etc. Les noms des rues de León évoquent les métiers des anciens habitants juifs. Ce passé séfarade est encore manifeste dans les passages, les bodegas ou les patios de la ville, comme celui du palais de Jabalquinto. Son quartier juif a vu naître Moïse de León, figure de proue de la pensée juive léonaise et auteur du « Livre du Zohar », considéré comme l'ouvrage le plus important de la kabbale. Vous pouvez également visiter le Centre d'interprétation des Trois cultures. 

Buste de Mosé de León, figure clé de la pensée juive de León

Lorca (Région de Murcie). Les fouilles archéologiques effectuées dans le château de Lorca ont permis de mettre au jour le passé juif de cette ville et d’établir qu’il existait un quartier juif dans la partie est du château. Elles ont par ailleurs révélé l'existence de plusieurs maisons dont différents éléments intérieurs sont conservés au musée municipal d'archéologie. Si vous le visitez, vous pourrez notamment voir des lampes à huile de la liturgie juive domestique, les Hanoukka, et plus de 2 000 fragments de verre provenant de près de 50 lampes trouvées à l’intérieur de la synagogue.  Lucena (Cordoue, Andalousie). Si vous partez à la recherche du passé juif de cette ville, surnommée la « Perle de Sefarad », la salle juive du musée d'archéologie et d’ethnologie du château du Moral, l'église San Mateo, le palais des Condes de Santa Ana, le quartier de Santiago ou la nécropole font partie des lieux incontournables. De nombreux poètes et sages, comme Maïmonide, y ont vécu au Moyen Âge. De fait, Lucena abrita l’académie des études talmudiques, lieu de rencontre d’intellectuels de l’époque. 

Entrée du musée archéologique de Lorca. Murcie

Monforte de Lemos (Lugo, Galice). Contrairement à d’autres, cette ville n'a jamais possédé de quartier exclusivement habité par les juifs ; ces derniers cohabitaient avec des familles chrétiennes. Il suffit de flâner dans ses rues et sur ses places et de s'intéresser à leurs noms pour observer les traces des anciens métiers de l'artisanat et du commerce. L’existence d’une synagogue a été attestée et il est encore possible aujourd’hui de voir des étoiles de David taillées dans la pierre (sur le donjon, par exemple) ou les maisons des Gaibor, la famille de juifs convertis la plus notable de Monforte. Oviedo (principauté des Asturies). La capitale des Asturies constitua une importante enclave juive à l’époque médiévale. Elle posséda une importante synagogue située intra-muros, dans la vieille ville. Les juifs pouvaient donc aller et venir en toute liberté. Sur la place Porlier, vous trouverez un panneau d’information sur les endroits de la ville habités par les juifs et délimités entre autres par la place Juan XXIII. On pense que l'ancien cimetière juif se situait à l’emplacement de l'actuel théâtre Campoamor.

Place Porlier d’Oviedo. Asturies

Plasencia (Cáceres, Estrémadure). Son quartier juif de « La Mota » se situait là où se trouvent actuellement le palais du marquis de Mirabal et le couvent San Vicente Ferrer. Il a été attesté qu'au XVe siècle, l’aljama (juiverie) de Plasencia accueillait près de 200 familles et qu’elle possédait une grande synagogue. L’ancien cimetière, l’un des rares d’Espagne à conserver sa forme primitive, se situait dans le lieu-dit El Berrocal. On peut aujourd’hui y voir les vestiges de plus de 200 tombes creusées à même la roche.  Ribadavia (Ourense, Galice). La création de son quartier juif remonte aux XIIe et XIIIe siècles ; ses habitants se distinguèrent dans la gestion de biens, dans des métiers de l’artisanat et comme marchands de vin. Le musée séfarade, qui conserve des documents et des vestiges archéologiques de toutes les communautés juives de Galice, est un passage obligé. En vous promenant dans les rues, ne manquez pas de goûter les traditionnelles pâtisseries juives et d’assister à la « Festa da Istoria » qui a lieu fin août. Cette fête, qui se déroule au cœur du quartier juif, est l’une des fêtes médiévales les plus importantes de toute la Galice.  

 Scène de la Festa da istoria de Ribadavia

Sagonte (Valence, région de Valence). Le tracé de son ancien quartier juif diffère très peu de celui qu'habitèrent les séfarades de Sagonte dès le Ier siècle. Vous pouvez commencer votre balade au « Portalet de Judería », puis poursuivre dans des rues comme celles d’Antigons, Ramos, Segovia ou Sangre Vieja – qui abritait la synagogue. Certains de ses vestiges sont conservés dans la Casa dels Berenguer – avec des objets associés au bain rituel juif ou mikvé – ou dans le cimetière juif de la ville, ouvert au public. Renseignez-vous sur les parcours guidés organisés en journée ou de nuit. Ségovie (Ségovie, Castille-León). Cette ville possède un remarquable quartier juif réaménagé. Vous pouvez débuter votre visite par le Centre didactique de la juiverie – situé dans l’ancienne maison d’Abraham Seneor –, pour poursuivre par la grande synagogue – actuelle église Corpus Christi – et la porte de San Andrés, un superbe point de vue sur le cimetière juif et ses tombes anthropomorphiques. 

Porte de San Andrés à Ségovie. Entrée du quartier juif

Tarazona (Saragosse, Aragon). Cette magnifique ville médiévale ne déçoit jamais personne. Son quartier juif se compose de deux parties bien distinctes. D’un côté, ce que fut l’ancien quartier juif que l’on peut parcourir en commençant par la rue Judería. Nous recommandons de poursuivre par les maisons suspendues où habitèrent des familles nobles ou de passer par la Rúa Alta, où se situait probablement la synanogue. Autre curiosité : la place des Arcedianos accueillait des tentes qui s’installaient pendant une semaine à l’occasion de la fête de Soukkot ou des cabanes, en souvenir de l’exode du peuple juif. Et de l’autre côté, le nouveau quartier juif, où l’on peut encore voir la demeure des Santafé, une importante famille marchande juive. Tolède (Tolède, Castille – La Manche). La communauté juive de Tolède fut la plus importante d’Espagne. L'entrelacs des ruelles du quartier juif de Tolède honore la réputation de la ville, considérée comme l’un des principaux centres de gravité du judaïsme en occident. Nous vous recommandons de visiter ses deux synagogues, aussi emblématiques l’une que l’autre. D’une part, celle d’El Tránsito, qui abrite aujourd'hui le Musée séfarade et où vous pourrez en apprendre un peu plus sur l’histoire des juifs en Espagne. D’un autre côté, la synagogue Santa María la Blanca, la plus ancienne, inspirée du style almohade. En plus des synagogues, vous trouverez également la Casa del Judío, une demeure qui conserve encore sa distribution intérieure. 

Synagogue Santa María La Blanca. Tolède

Tudela (Navarre). La juiverie de la ville qui vit naître le célèbre voyageur Benjamin de Tudela joua un rôle majeur dans la Navarre médiévale. Elle posséda au moins trois synagogues dans le vieux quartier juif et deux dans le nouveau. Elle conserve son tracé d’origine, son style résolument hébraïque aux rues étroites et ses maisons en adobe et brique aux ornements mudéjars. C'est également là que naquit le sage juif Abraham ibn Ezra, créateur de la graphie du nombre zéro.  Tui (Pontevedra, Galice). Vous souhaitez découvrir quelques-uns des principaux éléments du patrimoine juif de cette ville ? Nous vous conseillons de suivre le circuit juif pour découvrir les sambenitos (vêtements dont on affublait les juifs pour ternir leur réputation), exposés au musée diocésain, la Casa de Salomón avec toutes ses pièces reconstituant la vie quotidienne séfarade, la Casa dos Capellanes (dont les corbeaux représentent Moïse et Aaron) ou encore une menorah – chandelier à sept branches –, conservée dans le cloître gothique de la cathédrale.  

Rue de Tudela

Cet héritage fait d’ailleurs partie intégrante de l’itinéraire européen du patrimoine juif, certifié « Itinéraire culturel du Conseil de l'Europe ». Pour des informations plus détaillées sur l’héritage séfarade de chaque ville et les événements qui y sont organisés, rendez-vous sur cette page.