Nouvelles COVID-19

Conseils pour voyager en toute sécurité
Peintre à l

Des villes espagnoles qui ont inspiré de grands artistes

none

La couleur d’un paysage

Parfois, lorsque vous vous promenez dans les rues de certaines villes ou que vous contemplez certains de leurs paysages au coucher du soleil, vous souhaiteriez figer cette image pour toujours, en captant les couleurs uniques de ce moment, comme s’il s’agissait d’un tableau. Nous vous dévoilons certains tableaux de lieux et de monuments de Madrid, Valence, Barcelone ou encore Tolède qui ont pu être immortalisés par des artistes comme Goya, Le Greco ou Sorolla dans certaines de leurs œuvres les plus connues.

  • Maison-musée Dalí (Figueres)

    Dalí et Figueres

    Bienvenue dans l’objet surréaliste le plus grand au monde ! Il s’agit du théâtre-musée Dalí de Figueres, conçu par Dalí en personne (il abrite une crypte avec sa tombe) comme une expérience artistique complète. Complétez le triangle dalinien en visitant les musées catalans de Portlligat et Púbol. Dalí en personne affirma que : « Dans ce lieu privilégié, le réel et le sublime se touchent presque. Mon paradis mystique commence dans les plaines de l'Ampurdan, entouré par les collines des Albères, et trouve sa plénitude dans la baie de Cadaqués. Ce pays est mon inspiration permanente ».

  • La ermita de San Isidro el día de la fiesta. Francisco de Goya, Huile sur toile, 41,8 x 43,8 cm. 1788

    Goya et Madrid

    Dans des tableaux comme celui de La ermita de San Isidro el día de la fiesta où les gens font la queue pour boire l’eau d'une fontaine miraculeuse, Goya a su comme personne refléter des scènes de la vie populaire de Madrid. Se balader de nos jours dans le parc de San Isidro permet de récupérer en partie ces scènes joyeuses dans lesquelles l’artiste originaire de Saragosse étudie les jeux de lumière et dépeint les paysages et les personnages avec un regard unique.

  • Studio de la fondation Pilar i Joan Miró à Palma de Majorque

    Miró et Palma de Majorque

    « Majorque est vraiment un très beau pays, à certains endroits on trouve encore la fraîcheur des premiers jours de la création. » Ces mots de Miró soulignent clairement l'étroite relation entre l’artiste et l’île, dont sa mère et ses grands-parents étaient originaires. Su nature et sa tranquillité lui ont certainement servi de source d’inspiration. Il est actuellement possible de visiter la fondation Pilar i Joan Miró ainsi que l’atelier de l’artiste et de contempler une partie de ses œuvres.

  • Vue et plan de Tolède. Le Greco. Huile sur toile 132 x 228 cm

    Le Greco et Tolède

    Se promener dans Tolède signifie se promener là où Le Greco est arrivé en 1577 et où il est resté pendant 40 ans. La relation très spéciale entre l’artiste et la ville est visible, par exemple, sur ce tableau intitulé Vue et plan de Tolède , où sont représentées les constructions modernes de l’époque comme l’Alcazar, la porte de Bisagra et l’hôpital Tavera. Le charme de Tolède est intact.

  • Musée Sorolla, Madrid

    Sorolla et Valence

    Face à un tableau de Sorolla, on a la sensation que la brise marine nous caresse le visage et que les rayons du soleil nous réchauffent l’âme. Et quelle est la plage que l'on voit dans ce tableau, par exemple ? Il s’agit de la plage de Valence où Sorolla croqua le portrait de sa femme et de sa fille pendant l'été 1909. Peut-être aimeriez-vous faire vous aussi cette Promenade au bord de la mer et voir de vos propres yeux ces teintes de bleu.

  • Tableau du Guernica au musée Reina Sofía

    Picasso et Malaga

    Le 25 octobre 1881, Malaga vit naître l’un des plus grands génies de tous les temps : Pablo Picasso. Cette région méditerranéenne l'a toujours influencé. C'est aussi ici qu'il a peint des corridas et des paysages. Aujourd’hui, vous pouvez effectuer un itinéraire sur les traces du peintre et découvrir sa maison natale. Picasso et son œuvre sont rapidement devenus des symboles universels. Guernica en est le meilleur exemple. Ce tableau ne représente pas Malaga mais les bombardements qui ravagèrent la petite ville basque de Guernica en 1937. Un véritable symbole contre la barbarie exposé au musée Reina Sofía de Madrid.

  • Musée Julio Romero de Torres, Cordoue

    Julio Romero de Torres et Cordoue

    Les yeux de cette jeune fille qui nous regarde de face semblent nous hypnotiser. Julio Romero de Torres a su dépeindre avec talent la femme de Cordoue, comme le démontre le tableau La chiquita piconera. En observant le tableau, on peut voir au fond une porte ouverte donnant sur le Guadalquivir, le Pont romain et la tour Calahorra, symboles de Cordoue, tout comme sa célèbre mosquée. Pur ensorcellement andalou.

  • Casa Milà, Barcelone

    Gaudi et Barcelone

    Comment serait Barcelone sans Gaudí ? Probablement très différente, car elle ne posséderait pas la basilique de la Sagrada Familia, la Casa Batlló, le Park Güell, la Casa Milà… Bien que né à Reus, c’est dans cette ville que le génie catalan s'est installé en 1870 pour étudier l’architecture et là où il a laissé son empreinte moderniste la plus connue. À sa mort en 1926, de nombreux Barcelonais sont sortis dans la rue pour lui faire leurs adieux.

  • Peine del viento, Saint-Sébastien

    Chillida et Saint-Sébastien

    Quiconque se promène dans la magnifique ville de Saint-Sébastien et se rend au bout de la plage d’Ondarreta, sera surpris par des pièces en acier accrochées aux rochers. Il s’agit du Peine del Viento, un endroit magique créé par Eduardo Chillida. Un véritable hommage à la ville où le sculpteur est né et s'est éteint dans sa maison du mont Igueldo. La nature et l’art à jamais ensemble.

  • Portrait d’un homme, h. 1623. Diego Velázquez (Séville 1599-Madrid 1660). Huile sur toile. 55,5 x 38 cm.

    Velázquez et Séville

    Nous pourrions en partie appliquer le joli vers du poète Antonio Machado « Mon enfance, ce sont des souvenirs d'un patio de Séville » à Velázquez. En effet, l’un des artistes les plus connus de l’histoire (avant de s’installer à la Cour et de créer des œuvres telles que Les Ménines) voit le jour à Séville en 1599, où il étudie l’art et réalise plusieurs tableaux jusqu’à l’âge de 24 ans. Par exemple, cette « mystérieuse » œuvre Portrait d’un homme fait partie de ses œuvres sévillanes et certains auteurs ont émis l’hypothèse qu’il pourrait s’agir d’un autoportrait. À l’époque de Velázquez, Séville était déjà une ville d’une grande richesse et le berceau de grands peintres. Aujourd’hui, cette ville andalouse qui a vu naître ce génie fascine toujours les voyageurs.

  • Fondation César Manrique, Teguise

    César Manrique et Lanzarote

    On pourrait dire que l’île de Lanzarote est en grande partie l’œuvre de César Manrique. Des endroits surprenants créés par l’artiste comme les Jameos del Agua, le Monumento del Campesino, qui rend hommage aux paysans, ou encore le Mirador del Río ont donné à l’île son aspect actuel. Il s'est toujours efforcé de conserver le style architectural traditionnel des lieux et de respecter la nature. Il a même affirmé que : « Pour moi, c'est le lieu le plus beau du monde. Et je me suis aperçu que si les autres étaient capables de le voir à travers mes yeux, alors ils penseraient comme moi ». On peut visiter sa maison qui abrite aujourd'hui la fondation César Manrique.

Plus d’infos sur...