Travel Safe

Conseils pour voyager en toute sécurité Dernières nouvelles
Canyon de la rivière Lobos dans la province de Soria, Castille-León

Sentier de la rivière

Soria

Soria

Un parcours à l’intérieur du canyon de la rivière Lobos


Si vous voyagez en Castille-León et que vous souhaitez découvrir le parc naturel du canyon de la rivière Lobos, ce sentier est l’une des meilleures options. Vous pourrez parcourir les 25 kilomètres environ qui séparent le pont de la source de la rivière Ucero à la sortie du canyon (province de Soria) du pont romain de Hontoria del Pinar (province de Burgos).

Sur les traces de l’histoire humaine et naturelle

Vous pouvez accéder à ce sentier depuis une quelconque de ses deux extrémités ou depuis le point intermédiaire du parcours sur le pont de Los Siete Ojos, où se trouve une zone pour laisser la voiture. Étant donné qu’il s’agit d’un chemin linéaire, quel que soit le tronçon que vous parcourrez, vous devez toujours tenir compte du retour. Le chemin vous réserve des paysages d’imposantes parois rocheuses calcaires verticales qui s’élèvent jusqu’à 100 mètres.Il est fascinant de voir comment la nature a fait son chemin avec une faune et une flore très caractéristiques qui vivent au rythme du murmure d’une rivière qui vous accompagnera tout au long du parcours. Ses roches portent l’empreinte de millions d’années d’histoire géologique et le terrain surprend par ses aquifères, ses grottes, ses stalactites et ses stalagmites.

Géologie dans le canyon de la rivière Lobos dans la province de Soria, Castille-León

L’ermitage San Bartolomé : les mystères du symbolisme templier

Cet ermitage (presque au début du parcours si vous partez du côté de Soria) est bien plus que l’enclave historique et artistique la plus importante du sentier. De style roman-protogothique, il a été construit au XIIe siècle et attribué à l’Ordre du Temple. Sa belle porte, sa rosace aux figures ésotériques, sa croix des Templiers, les trois ormes centenaires qui veillent à l’extérieur... Ce lieu est magique.

Ermitage San Bartolomé dans le canyon de la rivière Lobos dans la province de Soria, Castille-León

Les histoires et les légendes qui l’entourent sont nombreuses. Par exemple, sur son origine on raconte que San Bartolomé sauta de son cheval et, du haut de la montagne, lança son épée au cri de « Là où mon épée tombera, là sera ma demeure ». Cette zone a également été un itinéraire emprunté par les pèlerins pour rejoindre le chemin de Compostelle français, et il se peut que ce soit eux (plus précisément la confrérie Hijos del Maestro Santiago) qui aient construit l’ermitage.Juste à côté, vous verrez la Cueva Grande (Grande grotte), qui abrite des exemples d’art rupestre. Vous pouvez également monter jusqu’à « El Balconcillo », une « fenêtre » naturelle dans la roche d’où vous pourrez avoir une vue inoubliable sur le canyon.

Autres haltes en cours de route

Il y a plusieurs autres points sur le sentier où vous pouvez faire une pause. Par exemple, après avoir passé l’Ermitage San Bartolomé, vous trouverez le singulier site surnommé « Colmenar de los Frailes », où l’on peut voir d’anciennes ruches sur la roche fabriquées avec des troncs d’arbres creux.Vous verrez également le château Billido : une ancienne forteresse celtibère et un belvédère naturel d’où vous pourrez observer le paysage environnant.Plus loin, vous trouverez plusieurs grottes caractéristiques de ce canyon, dont la Cueva Negra (grotte noire), qui abrite le plus grand rapace nocturne : le hibou grand-duc. Vous découvrirez ensuite Pozo Perín, un exemple de ce que signifiait la transhumance à cet endroit il y a des siècles. Grâce aux renfoncements creusés dans le canyon, les bergers pouvaient s’abriter du froid avec leurs moutons tandis qu’ils suivaient la Cañada del Mojón Blanco.

Images du canyon de la rivière Lobos dans la province de Soria, Castille-León

À mi-chemin, vous traverserez le pont de Los Siete Ojos et continuerez en amont en passant par d’autres zones comme Risca Fría (parfaite pour voir la silhouette de grands oiseaux dans le ciel) ou El Apretadero (où le canyon se rétrécit).Presque au bout du chemin, vous découvrirez le Chozo de los Resineros, un endroit que vous reconnaîtrez grâce aux marques sur les arbres. Cela est dû au fait qu’ici les habitants des villages voisins extrayaient la résine selon des méthodes artisanales.

La vie sauvage dans l’eau, la terre et l’air

Étant donné qu’à certaines périodes de l’année certains tronçons de la rivière sont à sec, la plupart des animaux sauvages se trouvent sur les berges et sur les hauteurs. Selon la période de l’année et votre degré de discrétion, vous pourrez apercevoir des chevreuils, des loutres, des chauves-souris ou des lièvres, ainsi que des reptiles et des amphibiens. Si vous observez attentivement les nénuphars jaunes qui recouvrent une grande partie de la rivière, vous verrez que la grenouille verte commune et les couleuvres vipérines prédominent.

Faune dans le canyon de la rivière Lobos dans la province de Soria, Castille-León

Si vous levez les yeux, en raison de la géologie du canyon, l’oiseau le plus représentatif de la zone est le vautour fauve. Cependant, d’autres oiseaux de proie comme l’aigle royal, le vautour percnoptère, la buse ou le faucon commun vivent et chassent également ici.Les peupliers et les saules centenaires qui poussent à quelques mètres du lit de la rivière fournissent la quasi-totalité des zones ombragées. Vous trouverez également des plantes typiques comme l’épilobe hirsute, l’if ou le bec-de-grue. 

Conseils et recommandations

Comment accéder au sentier de la rivière par la route

Il existe trois points d’accès : depuis Hontoria del Pinar (province de Burgos), on peut accéder à la partie supérieure du parc par la route N-234. Au pont de Los Siete Ojos (sur la route de San Leonardo à Santa María de las Hoyas, province de Soria), vous arrivez à mi-parcours. Dans les environs d’Ucero (province de Soria), vous pouvez accéder à la partie inférieure du canyon et aux zones les plus spectaculaires et visitées du parcours. Si vous accédez depuis Ucero, vous trouverez trois parkings : Fuente Engómez, Cueva Fría et Valdecea (ce dernier est le plus proche de l’ermitage, à seulement un kilomètre, c’est sans doute pourquoi il est le plus conseillé si vous voyagez avec des enfants).

À savoir

Étant donné qu’il s’agit d’un chemin linéaire, il n’est pas nécessaire de le parcourir sur toute sa longueur et nous conseillons de le découvrir par tronçons. À un kilomètre à peine d’Ucero se trouve la Casa del Parque, un centre d’interprétation de la nature très complet que nous vous recommandons de visiter avant de partir.Il est important d’emporter de l’eau, surtout en été, et de toujours porter de bonnes chaussures.Étant donné qu’il s’agit d’un parc naturel, il est interdit de camper.En période de fortes pluies (hiver et printemps), il faut redoubler de prudence car il peut y avoir des inondations et certains tronçons du canyon peuvent être impraticables.

La meilleure période pour réaliser le parcours

L’automne et surtout le printemps, lorsque les jours sont plus longs et qu’il ne fait pas trop chaud.

Y a-t-il des fontaines le long du chemin ?

Il y a des fontaines dans les parkings de Fuente Engómez (ainsi qu’un bar), Valdecea et sur le pont de Los Siete Ojos, mais il n’y a pas d’eau potable le long du parcours.

Autres sentiers et activités dans le parc naturel

En plus du Sentier de la rivière, il existe trois autres sentiers dans le parc naturel : le sentier du Château (circulaire, 6,5 kilomètres), le sentier de Las Gullurías (circulaire, 9 kilomètres) et le sentier de Hontoria (circulaire, 10 kilomètres).Une fois de retour à la voiture, il est vivement recommandé de se rendre au belvédère de la Galiana, à trois kilomètres à peine, pour contempler le vol majestueux des vautours. De ce point, vous aurez une vue panoramique du canyon, du village et du château d’Ucero et même des montagnes du système central en arrière-plan. Si vous cherchez d’autres activités dans le parc naturel, il existe des entreprises qui organisent des parcours en VTT, des visites à l’intérieur de la grotte Galiana Baja, des balades à cheval ou l’expérience d’être apiculteur pendant une journée.

Que faire

Ce qu’il y a d’autre à voir à proximité