Plante transplantée

Le souci de l’environnement

Même si l’Espagne peut être considérée comme un territoire montagneux et souvent semi-aride, elle possède une faune et une flore caractérisées par leur richesse et biodiversité.

L’Espagne est l’habitat de plus de 8 000 espèces végétales. Les forêts couvrent environ 30 % du territoire, même si elles ne correspondent pas toujours à des espèces autochtones. Les pratiques de repeuplement traditionnelles, surtout développées à la fin du XIXe siècle, ont rendues majoritaires les bois de pins et d’eucalyptus. L’Espagne a entamé depuis longtemps une politique de conservation environnementale qui s’est considérablement accentuée ces dernières années. La protection a principalement été à la charge de l’État à travers des formules comme le parc national, le parc naturel ou les réserves de chasse. Quoi qu’il en soit, la plus grande partie des compétences en la matière a été transférée aux communautés autonomes qui ont mis en marche différents modèles de protection. Les menaces environnementales les plus importantes sont celles associées à la déforestation (incendies), l’érosion, la désertisation et la pollution des eaux fluviales. Il s’agit d’un problème commun à tout le sud de l’Europe, et l’établissement d’un équilibre entre l’agriculture, l’exploitation rationnelle et la conservation environnementale est l’un des principaux sujets de débat du pays. En ce sens, aussi bien l’agriculture que le tourisme (qui se répercute également sur le degré de conservation environnementale) doivent aujourd’hui respecter des réglementations strictes qui garantissent leur développement sans nuire à l’environnement. Pour toutes ces raisons, l’Espagne montre un niveau de sensibilisation croissant vis-à-vis de la conservation de l’environnement.