Barcelone


Le park Güell : architecture de la nature




Emplacement

Barcelona


Le Park Güell semble tout droit sorti d'un conte de fées. C'est un endroit étrange, unique, onirique et très beau. Une promenade dans ce parc réveille les imaginations les plus engourdies. Des formes curieuses et d'étonnantes combinaisons de couleurs associées à la végétation créent un monde différent qui attire irrémédiablement le visiteur.

La passion de l'architecte pour les formes de la nature est palpable dans ses moindres recoins. Gaudí souhaitait que l'intervention humaine dans ce bois s'intègre dans le paysage, qu'elle vienne le compléter. Il a incontestablement atteint son but. Des escargots, des champignons, des feuilles, des fleurs, des troncs et des éléphants apparaissent constamment dans les mosaïques, dans les formes architecturales. Même le chapeau de la cheminée de la maison des gardiens est en forme de champignon renversé.

Antoni Gaudí incarne comme peu d'autres l'artiste en avance sur son temps, incompris à son époque. C'est en grande partie grâce au comte Eusebi Güell, industriel puissant et visionnaire, amateur de beaux-arts, que Gaudí a pu matérialiser ce que son esprit éveillé projetait. L'idée originale du Park Güell est née en 1900, quand Eusebi Güell a acheté un flanc de la montagne d'El Carmel, qui se trouvait alors dans la banlieue de Barcelone, afin de créer un lotissement qu'il commanda à Gaudí. L'objectif était d'imiter le modèle anglais de ville-jardin (à l'origine du mot Park), en créant quelques dizaines de logements dans un cadre idyllique, destinés à des personnes ayant un pouvoir d'achat élevé qui voudraient s'éloigner du tumulte et de l'insalubrité des villes. On construisit ainsi trois kilomètres de chemins, une place, des escaliers, le pavillon des gardiens et même une maison pilote pour convaincre les clients potentiels. Quatorze ans plus tard, le projet s'annonçant comme un échec, il fut abandonné. Eusebi Güell mourut dans sa maison du park Güell et ses héritiers offrirent ce dernier à la mairie qui en fit l'acquisition en 1922 et l'ouvrit au public en 1926.

Le bois des fées

En entrant dans le parc, nous voyons une curieuse maisonnette qui donne déjà un avant-goût du monde de conte de fées que nous sommes sur le point de découvrir. C'était le pavillon des gardiens, maintenant chargé d'accueillir les visiteurs. Sur l'escalier qui permet d'accéder au parc, nous trouvons l'un des emblèmes du Park Güell et de Barcelone : le fameux dragon polychrome recouvert de petits morceaux de faïence de différentes couleurs. Cette technique si caractéristique de l'œuvre de Gaudí et que l'on retrouve dans l'ensemble du parc est connue sous le nom de trencadís. Elle consiste à employer de petits morceaux irréguliers d'azulejos et d'autres matériaux pour couvrir les surfaces. Les morceaux utilisés provenaient de pièces cassées volontairement ou de restes d'autres constructions. De nombreux revêtements en trencadís sont l'œuvre de Josep Maria Jujol, aide et disciple favori de Gaudí.

Au sommet de l'escalier, on parvient à la salle hypostyle, véritable forêt de pierre formée de 86 colonnes, à l'origine destinée à être le marché où les propriétaires pourraient s'approvisionner sans avoir besoin de descendre en ville. C'est juste au-dessus de cette salle que s'étend la grande place, qui offre une vue magnifique sur Barcelone. La place est délimitée sur tout son pourtour par un banc aux lignes sinueuses recouvert de trencadís. Ce sont également tous les chemins, porches et viaducs du parc qui serpentent, comme s'ils voulaient imiter la nature.

En 1906 Gaudí devient lui-même acquéreur de la maison pilote où il a résidé avec son père et sa nièce jusqu'à son déménagement en 1926 au sous-sol de son œuvre maîtresse : la Sagrada Familia. Actuellement, la maison abrite le Musée Gaudí et contient des meubles créés par l'artiste ainsi que des maquettes, des dessins et d'autres objets personnels étonnants.

Lorsque Gaudí obtint le diplôme d'architecte, Elies Rogent, directeur de l'École d'architecture de Barcelone, déclara : « Nous avons décerné le diplôme soit à un fou, soit à un génie, seul le temps le dira ». Le temps a incontestablement validé la seconde option et, comme pour affirmer son choix, le Park Güell, a été classé au patrimoine mondial par l'UNESCO en 1984.



Ces informations vous ont-elles été utiles ?




À ne pas manquer




X
Spain SévilleMadridCordoueBarceloneMalagaValenceLa CorogneGrenadeCaceresCastellón – Castelló LleidaLugoMurcieHuescaPontevedraBiscayeLa RiojaCadixCantabrieAlicanteBurgosGuipuzcoa - GipuzkoaTolèdeAlmeriaAsturiesJaénAlava - ArabaTarragoneHuelvaÁvilaTeruelLeónZamoraSaragosseSalamanqueCiudad RealGéroneSégovieNavarreBadajozCuencaValladolidOurenseSoriaPalenciaAlbaceteGuadalajaraCanariesBaléares
X
Baleares MajorqueIbizaMinorqueFormentera
X
Canarias Grande CanarieLa PalmaLanzaroteTenerifeGomeraFuerteventura