Ce site emploie des cookies destinés à améliorer votre expérience en tant quutilisateur. Si vous continuez à naviguer, il est entendu que vous acceptez leur existence. Pour obtenir de plus amples informations, ou savoir comment changer votre configuration, consultez notre politique en matière de cookies



Emplacement

Communauté autonome:
Asturies

Province / Île:
Asturies

Asturias

Oviedo, en latin Ovetum, a toujours été très liée, depuis l'époque de sa fondation (au VIIIe siècle), avec la monarchie asturienne, devenant même la capitale du royaume. Ceci explique pourquoi la vieille ville garde cette ambiance médiévale. On peut visiter celle-ci sans problème grâce à son tracé urbain moderne et soigné. Oviedo est idéalement placée pour découvrir les merveilles de l'art préroman, un art classé Patrimoine mondial, pour parcourir ensuite le littoral de la Costa Verde, puis pour s'évader dans la nature et pratiquer toute sorte de sports et pour, enfin, goûter à l'excellente cuisine régionale.

Lire la suite

La vieille ville est piétonnière, ce qui facilite la promenade, de l'université à la cathédrale et du palais du marquis de San Félix à celui de Camposagrado. Durant cette promenade, nous seront amenés à observer de nombreuses statues qui nous parleront de l'histoire de chaque recoin de la ville. Les places et placettes invitent au repos, tout comme les chigres (bars à cidre).La tour de la cathédrale d'Oviedo est le point de départ de toute promenade dans les rues avoisinantes. Cette cathédrale fut exécutée en style gothique flamboyant. Sa tour, sa rosace et son portique d'entrée veillent sur les plus grands trésors des Asturies. La chapelle de San Miguel, ou Cámara Santa, garde le Coffre saint, la Croix de los Ángeles et la Croix de la Victoria, autant de reliques qui étaient déjà vénérées par les pèlerins se rendant à la ville sainte de Saint Jacques de Compostelle. Ces symboles sont présents sur les blasons d'Oviedo et de la Principauté des Asturies (titre honorifique accordé à la région).Aux alentours de la cathédrale, nous pouvons visiter de superbes édifices : l'église de San Tirso, le musée des Beaux-Arts et le musée archéologique, ces deux musées étant établis dans l'ancien palais de Velarde et dans le couvent de San Vicente. Étant donné la difficulté de conserver les éléments architecturaux et sculpturaux de l'époque préromane (VIIIe - Xe s.) sur leurs lieux d'origine, à savoir les bourgades et les villages des montagnes et des vallées, ces morceaux d'église sont conservés au musée archéologique. On parcourra ainsi toute l'histoire de l'art asturien : de la préhistoire (Âge du bronze) au roman, en passant par les périodes romaine et wisigothe.Le style préroman des Asturies, précurseur des styles roman et gothique, fait partie du patrimoine exclusif de cette région. Nous pouvons apprécier quelques-unes d'entre elles à Oviedo : les églises de Santa María del Naranco, San Miguel de Lillo et San Julián de los Prados, toutes classées monument national. Ces églises et palais, tout comme l'église de Santa Cristina de Lena, la Cámara Santa et la Foncalada (une fontaine médiévale) ont été classés Patrimoine mondial par l'UNESCO.Oviedo se déploie autour de places qui sont autant de points de référence pour notre visite. La plaza de la Catedral nous mène à la plaza de Alfonso II el Casto, où se dressent les palais de Valdecarzana et de la Rúa. Dans le quartier de Cimadevilla, la partie la plus ancienne de la vieille ville, nous pouvons admirer la plaza de la Constitución et la curieuse plaza de Trascorrales, avec son ancienne halle. La plaza de la Constitución abrite la mairie et l'église San Isidoro, deux édifices du dix-huitième. À côté de là, nous nous dirigeons ensuite vers la plaza del Fontán, une place à arcades, sur laquelle se dresse la structure en fer et en verre de l'ancien marché couvert, qui porte le même nom que la place. Les maisons colorées qui se trouvent sur cette place donnent également sur la plaza de Daoíz y Velarde, une place très animée. De nombreux portiques nous conduisent vers ce quartier où les bars à cidre sont légion.L'université d'Oviedo est le dernier bâtiment de la vieille ville, à la limite du nouveau quartier. Derrière sa façade plateresque, du XVIe siècle, nous pouvons admirer le cloître, qui sert de cadre à de nombreuses activités durant toute l'année. Les façades des palais voisins de Toreno et Camposagrado valent le coup d'œil.C'est ici que commencent les quartiers construits vers la fin du XIXe siècle, autour de la plaza de la Escandalera et du parc Campo de San Francisco. On y trouve le Palais régional, siège du Conseil général de la Principauté des Asturies (titre honorifique accordé à la région), la Caja de Asturias (la Caisse d'épargne des Asturies) et l'ancienne banque Herrero. L'ensemble a un aspect « francisé ». Tout près de là, se dresse le théâtre Campoamor, qui accueille tous les ans la remise des récompenses « Príncipe de Asturias ». Le Centre d'art moderne est aussi situé dans ces parages. En suivant la calle Uría, nous arrivons aux quartiers plus commerçants. Le passage Gil de Jaz nous mène à l'ancien hospice provincial (XVIIIe s.), qu'occupe aujourd'hui le luxueux hôtel Reconquista.Où que l'on se trouve à Oviedo, il sera toujours possible de trouver un restaurant propice à la dégustation de la gastronomie de la région. Celle-ci se compose entre autres des fromages de Cabrales, de Vidiago ou de Gamonedo, des fabes (haricots blancs des Asturies), du pixin (baudroie), de fruits de mer et de la carne gobernada (viande à l'étouffée). Quant aux desserts, la liste est immense : riz au lait, frixuelos (espèces de crêpes), tarte aux amandes,...Oviedo, située au cœur des Asturies, est idéalement placée pour partir ensuite sur les routes de la région. L'est des Asturies est jalonné de villages de pêcheurs comme Lastres et de villes touristiques telles que Ribadesella et Llanes, sur le littoral appelé « Costa Verde ». À la limite de la Cantabrie, Colombres conserve tout le patrimoine de son passé « indien » (les émigrants revenus d'Amérique après avoir fait fortune étaient communément appelés « les Indiens »). Le relief escarpé de l'intérieur des terres nous réserve des trésors comme le parc national des Picos de Europa et Cangas de Onís, une ville étroitement liée à l'histoire des Asturies. Nous pourrons visiter également Gijón, avec son parador établi dans un ancien moulin, Villaviciosa, ou encore le parc naturel de Redes, au sud de la province.La côte occidentale, en direction de la Galice, est jalonnée de villages de pêcheurs, comme Candás et Luanco, et de jolies plages, comme celle de Salinas. On pourra visiter également des villages enfouis entre mer et montagne, comme Cudillero. Autant d'endroits où l'on peut déguster de délicieux fruits de mer. Entre Luarca, Navia et Tapia de Casariego, le littoral est une succession de plages kilométriques entrecoupées de falaises surmontées de nombreux phares. Plus à l'intérieur des terres, vers l'ouest, nous visiterons les vieilles villes de Grado ou Salas, des grottes préhistoriques comme celles de Peña de Candamo, ou des sites naturels où l'architecture traditionnelle se fond dans l'environnement, comme la région des Oscos. Le parc naturel de Somiedo et la réserve biologique de Muniellos nous dévoilent toute la richesse naturelle des Asturies. Par ailleurs, on peut y pratiquer des sports à faible impact environnemental. On pourra également emprunter des routes où nous observerons des hórreos (constructions carrées en bois sur des supports de pierre lisse surmontées d'un toit en paille servant à maintenir au sec les aliments) et des exemples d'architecture indienne (sortes de manoirs exotiques construits par les Asturiens revenus d'Amérique après y avoir fait fortune, surnommés « les Indiens »). Un tronçon du Chemin de Saint Jacques de Compostelle, appelé le « Chemin du nord », parcourt toute la côte asturienne de Colombres à Tapia de Casariego. De même, il est facile de se rend d'Oviedo à León et à Lugo. Un itinéraire qui nous permettra de mieux connaître la culture asturienne et son influence sur le Chemin de Saint Jacques de Compostelle à travers les églises et les hôpitaux de pèlerins.La Route du cidre, la boisson de référence aux Asturies, passe par une région où les pommiers sont plantés à perte de vue. On aura ensuite l'occasion de visiter les fabriques de cidre, les lagares (pressoirs à cidre) et le musée du cidre de Nava. Il est possible de visiter également les zones minières des Asturies, comme les vallées du Nalón et du Caudal. À El Entrego, le musée minier permet aux visiteurs de connaître le fonctionnement d'une mine grâce à une reconstitution de celle-ci. Mieres est une ville dont le tracé urbain a été marqué par l'industrie minière. Tout près de là, nous trouvons le sanctuaire des Martyrs de Valdecuna et, à Pola de Lena, l'église préromane de Santa Cristina, un des joyaux de l'art asturien.

Fermer




À ne pas manquer



Carte/Emplacement