Ce site emploie des cookies destinés à améliorer votre expérience en tant quutilisateur. Si vous continuez à naviguer, il est entendu que vous acceptez leur existence. Pour obtenir de plus amples informations, ou savoir comment changer votre configuration, consultez notre politique en matière de cookies



Santa Cruz de la Palma

Emplacement

Communauté autonome:
Canaries

Province / Île:
La Palma

Palma, La

La vieille ville de Santa Cruz de La Palma, empreinte d'une atmosphère coloniale, est classée site historique et artistique, en raison de ses nombreux palais, ses bâtiments de style colonial et ses demeures canariennes traditionnelles. Ses églises sont elles aussi admirables, tout comme le sanctuaire de la Virgen de las Nieves, qui est le théâtre d'une fête séculaire : la « Bajada » de la sainte patronne de l'île. 

Cette petite ville coquette entretient un lien étroit avec la mer. Nous vous invitons à flâner dans ses rues, de jour comme de nuit, pour vous imprégner de l'histoire de cette charmante localité.

Lire la suite

L'histoire de Santa Cruz de La Palma débute à la fin du XVe siècle, époque à laquelle Alonso Fernández de Lugo fit la conquête de l'île et la rattacha à la Couronne de Castille. Dès lors, la ville commença à connaître un grand essor économique.

Son importance sur les routes commerciales vers l'Europe, et surtout vers l'Amérique, était telle que fut installé dans son port, en 1558, le premier Tribunal des Indes. La ville était devenue un florissant comptoir d'exportation où se pressaient négociants et banquiers. Tout ceci, associé à l'intense activité de ses chantiers navals, fit de Santa Cruz de La Palma le troisième port maritime de l'Empire espagnol, après Séville et Anvers.


La ville
Cette splendeur d'autrefois a laissé une profonde empreinte dans le centre historique de Santa Cruz de La Palma, où l'on peut admirer un précieux héritage de palais, bâtiments de style colonial et demeures où l'on retrouve des éléments typiques de l'architecture traditionnelle canarienne, comme les balcons en bois.

Cette petite ville coquette, classée bien d'intérêt culturel et site historique et artistique, s'articule autour de la fameuse rue Real, l'artère principale de la ville. En grande partie pavée, elle concentre la plupart des commerces, des places, des maisons de maîtres et des bâtiments intéressants. Parcourir cette rue est une façon agréable de découvrir la ville. Du nord au sud, elle permet au visiteur de s'imprégner des traditions, de l'histoire et de la culture locales.

La place d'Espagne, point de rencontre des habitants, rassemble quelques-unes des constructions les plus emblématiques de l'île. C'est en effet ici que se dressent l'hôtel de ville, l'église El Salvador et une étrange fontaine au bout de la place. Il s'agit d'un ensemble de style Renaissance unique en son genre dans l'archipel.

La placette d'El Borrero est encerclée d'habitations typiquement canariennes. C'est un endroit idéal pour faire une halte et déguster un « barraquito », un vin de l'île ou une bière artisanale.

La place de l'Alameda, qui s'étire à l'extrême nord du chef-lieu, accueille le musée naval et une curieuse statue de nain.
 

Une fois ici, on peut franchir le pont pour monter au château de La Virgen, qui se dresse de l'autre côté du ravin. De là-haut, on a une vue imprenable sur la ville. Non loin de là se trouve l'église de La Encarnación, qui renferme une remarquable  « Annonciation » (XVIe siècle) sculptée en bois polychrome, provenant de Flandre.

On peut ensuite revenir au point de départ en empruntant la promenade maritime, caressée par la brise marine. Premier arrêt, les murs du château de Santa Catalina, une fortification militaire qui contribua à défendre la ville en repoussant les attaques de pirates et de corsaires aux XVIe et XVIIe siècles.

Deuxième arrêt, les balcons de la promenade maritime. Le long de cette avenue, on peut en effet admirer plusieurs demeures typiques des Canaries, parées de balcons en bois aux couleurs chatoyantes, toujours très fleuris.

Une visite du chef-lieu ne serait pas complète sans une promenade le long de l'agréable rue San Sebastián, à l'atmosphère traditionnelle. La zone de l'église Santo Domingo, du théâtre Circo de Marte et de l'ermitage Virgen de la Luz vaut également le détour. Depuis l'ermitage, le panorama est saisissant, avec le port en toile de fond.


Gastronomie, fêtes et environs
Santa Cruz de La Palma est l'endroit indiqué pour découvrir un échantillon représentatif de la gastronomie de l'île. Parmi les spécialités les plus pittoresques, citons les « papas arrugás con mojo » (pommes de terre cuites avec la peau et beaucoup de sel, servies accompagnées de « mojo » rouge ou vert, sauce typique canarienne), la viande de porc, le poisson, le « potaje », ou encore le « bienmesabe » en dessert (friandise à base de jaune d'œuf, d'amandes pilées, de sucre, etc.). Le tout, cela va de soi, arrosé du vin de l'appellation d'origine contrôlée de La Palma.

La ville dispose d'une gamme d'hôtels, d'appartements touristiques, d'auberges et de maisons d'hôtes où passer un séjour des plus agréables.

Les habitants de La Palma, comme tous les Canariens, sont joyeux. Leurs fêtes en sont la meilleure preuve. La Bajada de la Virgen de las Nieves, qui se tient tous les cinq ans, est notamment connue pour sa fameuse « Danse des Nains ». Mais d'autres spectacles sont tout aussi intéressants, comme le « Minué » (menuet), le « Carro Alegórico », le dialogue entre « le navire et le château »… L'animation de la première quinzaine de juillet, avec sa « Semana Grande » et sa « Semana Chica », ne laisse personne indifférent.

Mais s'il est une fête particulière à Santa Cruz, c'est bien celle de Los Indianos (le lundi de carnaval). Le talc, les habits blancs, les chapeaux de paille… : la blancheur est de mise partout en ville.

Dans la nuit du 2 au 3 mai, les habitants décorent les croix disséminées dans la ville à l'occasion de la fête des Croix . À côté de ces dernières, ils disposent des poupées de chiffon loufoques qui représentent des personnalités ou des scènes de la vie quotidienne, appelées « mayos ».

La Palma offre une infinité de possibilités pour les randonneurs les plus avertis. Au départ de Santa Cruz de La Palma, plusieurs sentiers mènent en pleine nature en quelques kilomètres à peine : ceux du canyon de la Madera et des moulins de Bellido en sont deux bons exemples.

Fermer




Carte/Emplacement