Ce site emploie des cookies destinés à améliorer votre expérience en tant quutilisateur. Si vous continuez à naviguer, il est entendu que vous acceptez leur existence. Pour obtenir de plus amples informations, ou savoir comment changer votre configuration, consultez notre politique en matière de cookies



Pampelune

Emplacement

Communauté autonome:
Navarre

Province / Île:
Navarre

Navarra

  • x

    Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, premier itinéraire culturel européen et patrimoine mondial. Lire la suite


Sur la plaine fertile s'étendant autour de l'Arga, se dresse Pampelune, une ville chargée d'histoire et de tradition. Les rues et les places de sa vieille ville sont bordées de constructions historiques, dont principalement des églises et des remparts d'origine médiévale.

Lire la suite

La ville de Pampelune est un modèle parfait de cohabitation entre tradition et modernité. Fondée par le général romain Pompée en 75 av. J.-C., la ville ne prit de l’importance qu’au Xe siècle, sous le royaume de Pampelune. C’est sous le règne de Sanche III le Grand (XIe siècle) que fut organisé l’itinéraire actuel du chemin de Saint-Jacques en terres navarraises, un fait qui marquerait aussi bien la physionomie urbaine que l’avenir historique de la ville. La visite de la capitale navarraise commence par la Pampelune des bourgs, un ensemble de quartiers d’origine médiévale qui constituent la source du noyau urbain actuel. Au centre, la place Consistorial est présidée par la façade baroque et seigneuriale de l’hôtel de ville. L’édifice, construit en 1572, remémore l’union des bourgs de San Cernín, San Nicolás et Navarrería. Tout près se trouve l’église gothique San Saturnino ou San Cernín, construite au XIIIe siècle, dont les deux tours, autrefois couronnées de créneaux, trahissent l’ancien rôle défensif de l’édifice. À l’emplacement de son ancien cloître se dresse aujourd’hui la chapelle baroque de la Virgen del Camino, co-patronne de la ville. A proximité, la Cámara de Comptos (XIIIe siècle), qui est le plus vieux bâtiment de la capitale régionale, fut le siège de la Cour des Comptes de Navarre du XIVe au XIXe siècle. La rue Mayor permet de rejoindre l’église San Lorenzo (XIXe), qui abrite la chapelle baroque San Fermín. La visite se poursuit par la rue Cuesta de Santo Domingo, qui permet d’admirer d’autres édifices de la Pampelune d’autrefois : la façade plateresque de l’intéressant musée de Navarre, qui héberge une importante collection de pièces archéologiques et d’œuvres d’art, ou encore l’église gothique Santo Domingo, du XVIe siècle. La place del Castillo, ombragée et entourée de superbes immeubles du dix-huitième siècle, occupe le cœur même de la ville. Le palais de Navarre, siège actuel du gouvernement navarrais, date du milieu du XIXe. Il est possible de le visiter, sur rendez-vous. Derrière sa façade néoclassique se cache la salle du Trône, de style baroque, le retable de la chapelle, ou encore un portrait de Philippe VII signé Goya. Les rues avoisinantes permettent de descendre vers le quartier de la Navarrería, au centre duquel se dresse la cathédrale Santa María la Real. Sa construction commença au milieu du XIIIe sur les vestiges de l’ancienne cathédrale romane, mais les travaux ne s’achevèrent qu’au XVIe. Ce magnifique édifice est composé de trois nefs de facture gothique auxquelles ont été rajoutés des éléments néoclassiques. La nef centrale abrite le mausolée en albâtre du roi Charles III le Noble et de son épouse (XVe siècle), qui est l’un des plus beaux ensembles sculpturaux de Navarre. Le maître-autel est présidé par l’image de la Vierge Santa María la Real, devant laquelle prêtaient serment les monarques navarrais au cours des cérémonies de couronnement. Le cloître gothique (XIIIe-XVe) et sa porte del Amparo, la chapelle Barbazana ou encore la porte Preciosa méritent une mention particulière. Le musée diocésain, quant à lui, rassemble une intéressante collection d’œuvres d’art sacré, dont un groupe de sculptures médiévales de la Vierge et plusieurs pièces d’orfèvrerie médiévale française. À proximité de la cathédrale, se trouvent plusieurs demeures nobles comme celle des Itúrbide, datant du XVIIe et arborant toujours le blason d’armes de la famille, et le palais des Goyeneche, construit un siècle plus tard. Les quartiers modernes de la ville sont caractérisés par leurs vastes espaces verts : le parc de la Ciudadela, celui de la Taconera et les jardins de la Media Luna sont les témoins vivants d’une croissance urbaine exemplaire. Gastronomie, fêtes et environs La vieille ville de Pampelune est un excellent endroit pour découvrir les vertus et la richesse de la gastronomie navarraise. Chaque restaurant permet de déguster les produits typiques du terroir –asperges, poivrons rouges de piquillo , haricots. L’agneau rôti ou en chilindrón est le plat le plus emblématique, toujours accompagné d’un bon vin à appellation contrôlée Navarra et d’un pacharán (liqueur typique à l’anis) en guise de digestif. Pour connaître Pampelune et ses habitants en pleine fête, il faut effectuer la visite de la ville pendant les Sanfermines (6-14 juillet), déclarés d’intérêt touristique international. Parmi les principaux attraits de ces fêtes patronales, se trouvent les encierros (tradition consistant à courir devant les taureaux), qui commencent dans la rue Cuesta de Santo Domingo et se poursuivent dans la rue Mercaderes jusqu’à l’angle de la rue Estafeta, débouchant elle-même sur les arènes. Avant de participer, il faut cependant être certain d’être en pleine forme et adopter un certain nombre de précautions, comme par exemple n’utiliser que les zones d’accès autorisées, ne courir que sur un bref tronçon du parcours et éviter d’attirer l’attention des animaux. Bien entendu, pendant cette période, il est indispensable de réserver son hébergement suffisamment à l’avance. À 45 km de la capitale de Navarre, dans la ville médiévale d’Olite, se trouve le Parador Príncipe de Viana. Cet édifice jouxte le palais-château du XVe siècle, classé au rang de monument national et caractérisé par ses tours et créneaux. Dans les environs de Pampelune, il est également possible de découvrir des lieux jouissant d’une grande beauté naturelle. Tel est le cas, à l’ouest, du parc naturel d’Urbasa y Andía. Au nord, les villages et vallées des Pyrénées navarraises offrent certains des plus beaux paysages de toute la province. Les Pyrénées Atlantiques, les plus occidentales, renferment quant à elles d’importants espaces naturels comme le parc naturel de Bertiz. L’une des vallées les plus incontournables est celle de Baztán, qui s’étend au pied des montagnes et abrite des villages comme Berroeta, Aniz, Ziga, entre autres, riches en tours médiévales et palais. La capitale de la vallée, Elizondo, possède de superbes exemples de ces constructions. C’est aussi un excellent point de départ pour visiter Urdax et Zugarramurdi, célèbres pour leurs grottes et les sabbats (réunions de sorciers) qui s’y tenaient autrefois. Les Pyrénées orientales sont principalement caractérisées par le Chemin de Saint-Jacques. Provenant de France, il pénètre dans les terres navarraises jusqu’à Roncevaux, une ville créée comme sanctuaire et hôpital en 1132 et constituant la première étape des pèlerins. Suivant la chaîne montagneuse vers l’est, se trouve la forêt d’Irati, un espace naturel unique renfermant l’une des plus grandes hêtraies du sud de l’Europe. La vallée de Salazar et Ochagavía, la plus grande agglomération de la contrée, sont également de hauts lieux d’intérêt de ces Pyrénées orientales.

Fermer




À ne pas manquer



Carte/Emplacement