Ce site emploie des cookies destinés à améliorer votre expérience en tant quutilisateur. Si vous continuez à naviguer, il est entendu que vous acceptez leur existence. Pour obtenir de plus amples informations, ou savoir comment changer votre configuration, consultez notre politique en matière de cookies






Emplacement

Communauté autonome:
Pays basque

Province / Île:
Biscaye

Bizkaia


Si nous disposons de deux jours pour connaître l’une des villes les plus avant-gardistes d’Europe, la visite de Bilbao, dans le nord de l’Espagne, est une excellente idée. Nous y rencontrerons des bâtiments aux structures extraordinaires réalisées par des architectes du monde entier, comme le musée Guggenheim Bilbao. Un autre attrait ? La ville offre l’une des gastronomies les plus délicieuses du pays.



1er jour : le Bilbao le plus original

Pour connaître le Bilbao le plus moderne, il vaut mieux commencer par la zone d’Abando. Nous débouchons de la promenade Paseo del Arenal (qui part de la vieille ville et où se trouve un office de tourisme) pour rejoindre l’élégant hôtel de ville. C’est le moment d’effectuer la première photo, puisque la perspective tracée par cet édifice, avec la sculpture située face à lui et la ria, est impressionnante. Vue d’oiseau Nous poursuivons par le Paseo Campo Volantín pour réaliser une agréable promenade le long de la ria. Entourés de petits palais, nous rejoignons le pont Zubizuri, construit par Santiago Calatrava, dont la forme de voilier et le plancher en verre retiennent toute notre attention. Avant de l’emprunter pour franchir la ria, nous allons prendre le funiculaire d’Artxanda. Pour cela, nous prenons à droite la rue Múgica y Butrón pour rejoindre le funiculaire. Ce moyen de transport est très amusant, et permet de rejoindre en quelques minutes un mirador situé à plus de 800 mètres de haut. De là, nous contemplons une vue impressionnante sur la ville et l’embouchure de la ria. Nous y trouvons également plusieurs restaurants où prendre un café ou le typique en-cas espagnol de milieu de matinée. Innovation architecturale… mais aussi gastronomique Après notre descente en funiculaire, toujours imprégnés de cette superbe vision de Bilbao, nous franchissons cette fois-ci la passerelle de Calatrava. Poursuivant notre chemin par le Paseo Uribitarte, nous rejoignons le « joyau de la couronne » : le magnifique musée Guggenheim Bilbao, œuvre du prestigieux architecte Frank Ghery, sorte de bateau futuriste échoué sur la ria, aujourd’hui devenu symbole de la ville. Un univers magique s’offre à nous : la sculpture d’une énorme araignée nous accueille devant le musée, tandis que des reflets multicolores inondent les plaques de titane dont l’édifice est recouvert. Le spectacle se poursuit à l’intérieur, à travers les collections que nous allons découvrir. A la sortie du musée, nous contournons l’édifice pour admirer une autre de ses curiosités : le chien  « Puppy » est une sculpture florale de 12 mètres de haut offrant un témoignage supplémentaire de l’esthétique avant-gardiste de Bilbao. L’heure est venue de déjeuner. Et le restaurant du musée est le meilleur endroit pour s’adonner aux plaisirs de la haute gastronomie de Bilbao. Pas à pas, après manger, nous poursuivons notre chemin le long de la ria tout en admirant d'extraordinaires constructions comme le musée des beaux-arts, face à nous, ou le palais des congrès et de la musique (dont la forme symbolise un navire), que nous rejoignons après avoir traversé les romantiques jardins de Doña Casilda Iturrizar. Ce qu’il faut savoir
La visite du palais Euskalduna n’est possible que le samedi à 12h00.
Les plus sportifs ont à leur disposition une piste cyclable qui parcourt les deux marges de la ria - Il existe un bus touristique qui prend son départ devant le musée Guggenheim, effectue 15 arrêts, et que l’on peut emprunter autant de fois qu’on le souhaite.
La carte touristique « BilbaoCard » que vous pouvez acquérir sur Internet et dans les offices de tourisme, permet l'usage illimité du réseau de transports publics et offre des réductions dans les commerces, restaurants, spectacles et centres de loisirs.
L’office de tourisme situé à proximité du musée Guggenheim Bilbao vous offre des itinéraires guidés à travers la ville.
Dans la zone la plus commerciale L’une des solutions les plus pratiques pour retourner à l’hôtel de ville consiste à emprunter le tramway. Nous profitons cependant de notre emplacement pour découvrir à pied le quartier de l’Ensanche de Bilbao (la zone la plus centrique et commerciale de la ville) et faire quelques achats. Pour cela, nous nous dirigeons vers la majestueuse Gran Vía Don Diego López de Haro. Nous y trouverons les vitrines des plus grandes boutiques de mode internationales. Le moment est venu de se faire un petit caprice. Au cours de notre promenade dans cette avenue, nous pouvons voir d’autres édifices emblématiques comme le palais Chavarri, le palais de la Diputación Foral (conseil régional) ou les étonnantes bouches de métro dont le nom populaire (fosteritos) provient de leur créateur, Norman Foster. A l’heure du dîner, la Gran Vía Don Diego López de Haro et la zone du palais Euskalduna sont des zones privilégiées, puisque vous y trouverez quelques-uns des meilleurs restaurants de la ville, qu’ils soient spécialisés en gastronomie traditionnelle basque ou en nouvelle cuisine. Nous pouvons ensuite aller prendre un verre ou danser (musique variée, allant du jazz au house) vers les rues Alameda de Urquijo, Alameda Mazarredo et le quai Uribitarte. Un café empreint d’histoire… et un dîner de luxe Nous débouchons ainsi sur la place Circular, où nous accueille une statue de Don Diego López de Haro, fondateur de la ville. Nous tournons à gauche pour rejoindre les agréables jardins d’Albia, parfaits pour un moment de détente. Pourquoi ? Parce que nous y trouvons l’historique Café Iruña, lieu emblématique de Bilbao, fief de débats politiques et littéraires, à la magnifique décoration.

2e jour : la saveur de la vieille ville

Notre deuxième journée de voyage est réservée à la découverte de la zone la plus traditionnelle : la vieille ville. Nous commençons notre route depuis la promenade Paseo del Arenal. Le dimanche, le bord de la ria nous réserve une agréable surprise : un joli marché aux fleurs en plein air très animé, d’où nous pouvons remporter un bouquet composé à notre convenance. De là, en empruntant la rue Fueros, nous rejoignons la place Unamuno, très fréquentée à toute heure, idéale pour prendre un café. Derrière nous se trouvent les quelques 213 marches des Calzadas de Mallona. Nous pouvons en monter une partie pour prendre une photographie originale. Si nous avons le courage de continuer jusqu’au sommet, nous pouvons rejoindre la basilique de Begoña. Mais c’est une promenade d’au moins une demi-heure qui nous éloigne du centre historique, aussi vaut-il mieux réserver ce projet pour l’après-midi. Nous décidons de poursuivre notre route à travers la partie la plus ancienne de la ville. Ici, rien de mieux que de flâner au hasard des ruelles pavées pour percevoir le caractère le plus traditionnel de Bilbao et découvrir, au cours d’une tranquille promenade, ses jolis monuments, ses petites places, ses ateliers d’artisanat et tous types de commerce. La zone connue sous le nom de « Las 7 calles » (les sept rues parallèles qui partent de Somera) est l’une des plus populaires. A proximité se trouve le marché de la Ribera (le plus grand marché couvert d’Europe, dont nous admirons les vitraux multicolores), l’église San Antón, la cathédrale Santiago (la plus vieille église de la ville de Bilbao) ou encore le bâtiment de la bourse. Juste à cet endroit, nous observons une curieuse marque sur le sol : elle nous indique comment nous placer pour voir la basilique de Begoña, puisque c’est le seul endroit de la vieille ville d’où l’on peut l’apercevoir. Pour mettre fin à notre promenade, nous pouvons emprunter la rue Bidebarrieta et rejoindre à nouveau la jolie place de l’Arenal, où nous admirons l’élégant théâtre Arriega, lieu emblématique de la ville. C’est l’heure des pintxos Le moment est venu de se restaurer, mais même si les nombreux établissements du quartier sont tous plus appétissants les uns que les autres, il nous reste à découvrir un endroit très spécial : la place Nueva. Le dimanche, nous pouvons y assister à un marché sous ses quelques 64 arcades : une foule de gens y achète des livres anciens, des pièces de monnaie, des timbres, des bandes dessinées. Pourquoi ne pas remporter nous aussi un souvenir ? Pour manger, cette place offre une foule de bars et de tavernes où déguster les traditionnels pintxos (d’exquis échantillons de produits normalement typiques) accompagnés d’un verre de vin du terroir, le Txacolí. Le mieux est d’aller de bar en bar et de goûter au plus grand nombre possible, puis de finir l’après-midi en prenant un café à l’une des charmantes terrasses de la place ou dans une pâtisserie des alentours. Ce qu’il faut savoir :
Le dimanche, le marché de la Ribera est fermé.
Un ascenseur payant situé dans la rue Esperanza de la vieille ville permet de rejoindre la basilique de Nuestra Señora de Begoña sans monter les marches des Calzadas de Mallona.




À ne pas manquer


X Passer à la version mobile