Ce site emploie des cookies destinés à améliorer votre expérience en tant quutilisateur. Si vous continuez à naviguer, il est entendu que vous acceptez leur existence. Pour obtenir de plus amples informations, ou savoir comment changer votre configuration, consultez notre politique en matière de cookies




Circuit dans Oviedo, légende et tradition


Emplacement

Communauté autonome:
Asturies

Province / Île:
Asturies

Asturias
Type d’itinéraire:
Urbaine

Oviedo, légende et tradition

Oviedo est une ville propice à la promenade. Calme et piétonne, ses rues seigneuriales dessinent une veille ville faite de places et d’élégants palais. Voici la visite que nous vous suggérons.

Lire la suite

La fontaine de Foncalada
Commençons la visite par cette fontaine classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Seul ouvrage civil de l’art préroman des Asturies conservé, il date du IXe siècle. La croix de la Victoire, emblème de la région, est sculptée sur le frontispice de cette construction du haut Moyen Âge. Maison des Campomanes
Suivons ensuite la rue Gascona jusqu’à ce témoin du style baroque achevé en 1622, doté d’une remarquable façade ornée de balcons et du blason familial.

La cathédrale
Au cœur d’Oviedo, elle se dresse sur l’ancienne basilique Salvador érigée par le roi Alphonse II aux côtés de son palais royal. Deuxième destination sainte en Espagne, les pèlerins se prosternaient devant l’image du Sauveur, une sculpture romane du XIIIe siècle, et visitaient la Chambre sainte de la cathédrale, qui renferme l’orfèvrerie des rois des Asturies et d’importantes reliques rapportées de Tolède, dont le saint Suaire. Parmi les autres trésors de la chambre sainte, classée au patrimoine mondiale de l’UNESCO, citons la croix de la Victoire et la croix des Anges, le blason d’Oviedo.  Palais de Valdecarzana et église San Tirso
Le quartier voisin abrite le palais de Valdecarzana, reconnaissable au grand blason de la famille Heredia. L’église San Tirso, un ouvrage roman qui conserve tout juste de sa construction d’origine une fenêtre de son chevet, s’impose comme une autre référence spirituelle. Palais de la Rúa
Non loin de là, ce palais du XVe siècle est aujourd’hui l’ouvrage civil le plus ancien d’Oviedo après avoir résisté au grave incendie de 1521. Juste en face, nous pouvons contempler une statue de la Régente, un hommage à l’héroïne littéraire dont l’écrivain Clarín imagina la vie à Oviedo au XIXe siècle. Palais du marquis de Camposagrado et palais de Toreno
Deux résidences de luxe encadrent la place de Porlier : le palais du marquis de Camposagrado, une demeure du XVIIIe siècle occupée aujourd’hui par la Cour supérieure de justice, et le palais de Toreno, qui héberge l’Institut des études des Asturies. L’université
Quatre siècles d’histoire drapent l’université, qui abrite aujourd’hui le siège du rectorat. Dessinée par les architectes Gil de Hontañón et Juan de Ribera, son inauguration remonte à 1608. Le cloître expose une statue de son fondateur Fernando de Valdés, Grand inquisiteur.

Le musée des beaux-arts
Il occupe trois édifices situés au pied de la cathédrale, dont le palais de Velarde et la maison des Oviedo-Portal. Sa collection rassemble d’excellents fonds de peinture espagnole et européenne du Moyen-âge à nos jours, avec une remarquable section consacrée aux peintres des Asturies. Palais de l’archevêché et maison du doyen
La place Corrala del Obispo, sur laquelle donne aussi le palais de l’archevêché, du XVIe, débouche sur la maison du doyen, une construction de 1900 qui accueille le conservatoire de musique. Monastère San Vicente
Prenons désormais la direction du monastère San Vicente, fondé en l’an 761 par les moines Máximo et Fromistano. Le musée archéologique de la province est installé dans son cloître depuis 1952. Il y expose de superbes pièces de l’art préroman des Asturies. Monastère San Pelayo et remparts médiévaux
Le monastère San Pelayo se dresse à l’ombre de celui de San Vicente. L’édifice actuel, transformé au cours des siècles, accueille une communauté de Bénédictines. À côté, la rue Paraíso montre des restes des remparts médiévaux. Hôtel de ville et église San Isidoro
Poursuivons vers la place de la Constitution, traditionnel lieu de réunion qui accueille l’hôtel de ville depuis 1622. L’église San Isidoro, de facture baroque, a été fondée par les Jésuites à la fin du XVIe siècle. Le Fontán
C’est ainsi que nous arrivons au Fontán, l’un des sites les plus typiques de la vieille ville rassemblant la place à arcades, l’arc Zapateros et la maison des Comédies. Le marché du Fontán se caractérise par ses couleurs variées et sa tradition populaire. La statue dédiée aux vendeuses qui y trône participe aussi à sa reconnaissance. Palais régional, place Escandalera et théâtre Campoamor
En chemin il nous est donné d’admirer le palais régional, siège du Conseil général de la principauté, avant d’accéder à la place Escandalera, le cœur de la vie sociale à Oviedo. En face s’ouvrent les portes du théâtre Campoamor qui, construit à la fin du XIXe siècle, offre un riche programme théâtral et lyrique. Campo de San Francisco
Le Campo de San Francisco est le poumon vert de la ville. Il s’étend sur l’ancien jardin du couvent du même nom. Ses allées et fontaines invitent à la promenade.

Rue Uría et hôtel Reconquista
Nous arrivons à la rue Uría, l’artère commerçante d’Oviedo, pour terminer la visite par une autre référence locale : l’hôtel Reconquista, dressé sur l’hôpital provincial au XVIIIe siècle. Emblème de la prospérité de la ville, sa façade baroque est couronnée du majestueux blason de l’Espagne.  

Fermer



Parcours


À ne pas manquer



X Passer à la version mobile