Ce site emploie des cookies destinés à améliorer votre expérience en tant quutilisateur. Si vous continuez à naviguer, il est entendu que vous acceptez leur existence. Pour obtenir de plus amples informations, ou savoir comment changer votre configuration, consultez notre politique en matière de cookies




Lorca, ouvert pour cause de restauration


Emplacement

Communauté autonome:
Murcie

Province / Île:
Murcie

Murcia
Type d’itinéraire:
Urbaine

Lorca, ouvert pour cause de restauration

La route « Lorca, ouvert pour cause de restauration » appréhende la réalité du patrimoine de cette ville de la région de Murcie après le tremblement de terre du 11 mai 2011. L'itinéraire permet d'en apprécier les édifices les plus emblématiques, et de découvrir leur processus de restauration après les séquelles du séisme.

Lire la suite

Le circuit prend son départ face à l'office de tourisme et centre des visiteurs, et s'ouvre sur la visite de l'ancien couvent de La Merced. Installés entre ses murs depuis la fin du Moyen Âge, les moines mercédaires y firent construire un couvent dont on peut encore contempler les arcades du cloître (XVIIIe) et une église à la façade Renaissance. Le séisme provoqua l'effondrement d'une bonne partie de la façade, c'est pourquoi un grand étançon soutient aujourd'hui la structure pour empêcher des dégâts plus importants.

Empruntant la porte San Ginés jusqu'à la rue Cava, nous poursuivons notre itinéraire jusqu'au porche San Antonio, seule porte d'une ancienne enceinte fortifiée aujourd'hui conservée de toute la région de Murcie. Bien qu'elle soit d'origine arabe, sa décoration typiquement chrétienne date d'une restauration du XIVe siècle. Après le tremblement de terre, il a fallu l'étayer. Les créneaux qui la couronnaient et avaient été préalablement restaurés ont en outre été démolis. Notre halte suivante est l'église Santiago, dans la rue Villaescusa. Cet édifice religieux érigé au XVIIIe fait partie, avec l'église du monastère des Clarisses, qui a été pratiquement détruite, de ceux ayant subi les plus graves dommages après le séisme. Le tremblement de terre a provoqué l'écroulement du transept, de la coupole et d'une partie du maître-autel. La rue Santiago nous entraîne jusqu'à la place de España, achevée au XVIIe, qui est le centre névralgique de Lorca. Après les tremblements de terre, elle est redevenue le lieu de rassemblement des habitants. À proximité se trouvent la Casa del Corregidor, l'hôtel de ville et l'ancienne collégiale San Patricio. L'aspect extérieur des deux premiers laisse à peine entrevoir les effets du séisme, mais l'intérieur a beaucoup souffert. La Casa del Corregidor se distingue par la décoration de son angle, qui porte le blason monumental de la ville de Lorca. L'hôtel de ville, quant à lui, possède une belle façade avec des arcs reposant sur des colonnes de marbre blanc. Curieusement, son aspect actuel est le fruit d'une restauration effectuée après un tremblement de terre en 1674. Contrairement aux constructions précédentes, l'ancienne collégiale San Patricio présente les dégâts les plus importants sur sa décoration extérieure. Certaines de ses sculptures ont perdu des fragments ou se sont écroulées sur la toiture, créant des trous béants à travers plusieurs voûtes du temple. L'édifice, dont la construction commença au XVIe siècle pour s'achever plus de 200 ans plus tard, est caractérisé par plusieurs styles allant de la Renaissance aux réminiscences gothiques des voûtes du déambulatoire au baroque de la façade principale. Notre poursuivons notre chemin par la rue Almirante Aguilar, jusqu'à rejoindre la rue Corredera. Parmi les principaux édifices rencontrés se distinguent le syndic d'irrigation, datant de la fin du XVIIIe, la chambre agricole, qui possède pratiquement le seul exemplaire de façade typiquement moderniste de Lorca, et l'église San Francisco. Cette dernière est un temple franciscain du XVIe profondément restauré au XVIIe. Son intérieur, très touché par le tremblement de terre, tout comme son clocher, conserve cependant de superbes retables baroques. Ceux-ci ont aujourd'hui été transférés à la Casa del Paso, où il est possible de les contempler. L'itinéraire reprend vers la rue Lope Gisbert. Notre promenade est jalonnée d'édifices comme la demeure des comtes de San Julián (dont l'origine remonte au XVIe siècle, mais dont l'apparence actuelle se doit à une restructuration du XXe) et le théâtre Guerra, qui renferme de superbes toiles de l'artiste local Muñoz Barberán. Il s'agit du plus ancien théâtre de la région de Murcie (1861). Les dégâts du tremblement de terre s'apprécient surtout au niveau de la scène. Cette partie de la ville abrite également l'un des plus beaux exemples de l'architecture éclectique de Lorca, le Casino. Son portail et une grande partie de son intérieur, qui remontent à 1885, sont signés Manuel Martínez, artiste local. Son hall d'entrée, et la salle de bal, où l'on peut admirer des fresques de Francisco Cayuela, sont dignes de mention. Après le séisme, sa façade a dû être étayée pour éviter toute possibilité d'effondrement. Tout près se trouve l'église San Mateo (XVIIIe siècle) qui, malgré les dommages soufferts en son intérieur et sur la façade, sera très probablement la première à être de nouveau ouverte aux offices après sa restauration. Dans la même rue Lope Gisbert se dresse l'emblématique palais de Guevara. Il s'agit de l'un des plus beaux exemples du baroque civil de la région du Levant espagnol. Sa façade de 1694, dont le portique churrigueresque est divisé en deux corps, en est l'un des éléments les plus remarquables. Le tremblement de terre a principalement touché son escalier et quelques salles de son intérieur, c'est pourquoi une partie de ses meubles ont dû être transférés. Poursuivant par la rue Santo Domingo, il est possible de visiter l'ensemble monumental du même nom, composé du cloître, de l'église et de la chapelle du Rosario. Le cloître a dû être démonté à la suite des tremblements de terre, qui ont provoqué l'effondrement d'une colonne et de deux arcs. L'ancienne église des dominicains, pour sa part, a été restaurée après le séisme et est de nouveau accessible au public. La chapelle, quant à elle, a souffert de grands dommages se traduisant par la séparation entre la coupole et la tour-lanterne. Les travaux de restauration en ont heureusement évité la chute. Notre circuit se termine par la visite du musée archéologique, qui occupe une demeure seigneuriale du XVIIe siècle. Le tremblement de terre a gravement touché une partie de sa structure et plusieurs des pièces exposées, qui sont tombées de leurs vitrines. Ce qu'il faut savoir
La route dure environ une heure et demie et est organisée tous les jours pour des groupes de plus de 25 personnes.
Pour des visites individuelles, prière de consulter la disponibilité.
Il est possible de compléter le tout par une visite guidée du musée des broderies de la Semaine sainte de Lorca. Celle-ci, déclarée d'intérêt touristique international, est candidate à l'inscription sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.
Prix : 4 €
Pour en savoir plus :
Lorca Taller del Tiempo
Tél. 902 40 00 47 / +34 968 47 90 03
info@lorcatallerdeltiempo.com
 

Fermer



Parcours


À ne pas manquer



X Passer à la version mobile