Ce site emploie des cookies destinés à améliorer votre expérience en tant quutilisateur. Si vous continuez à naviguer, il est entendu que vous acceptez leur existence. Pour obtenir de plus amples informations, ou savoir comment changer votre configuration, consultez notre politique en matière de cookies




Les côtes des Rías Altas offrent un profil de falaises sauvages, jonchées de bancs de sable, de calanques et de plages. Les ports de pêche alternent avec des villages médiévaux.

Bien que les eaux des Rías Altas soient plus fraîches que celles des Bajas, les plages y sont très belles. En suivant une route à moitié cachée dans la montagne, nous atteignons Cedeira, important port de pêche et lieu de vacances d'été. San Andrés de Teixido, à environ douze kilomètres de là (seulement sept par l'ancien chemin « camino dos romeiros »), est un endroit où chaque Galicien devrait faire un pèlerinage au moins une fois dans sa vie, s'il ne veut pas devenir une âme tourmentée (un ancien dicton affirmait que « a San Andrés va de muerto quien no fue de vivo » : celui qui n'y est pas allé à San Andrés de son vivant ira mort). C'était le plus important pèlerinage de Galice avant l'apparition de celui de Saint-Jacques-de-Compostelle. Il est encore possible de voir, sur les bords du chemin, les amilladoiros (tumulus) faits des pierres lancées par les pèlerins, pierres qui « parleront » le jour du jugement dernier pour révéler ceux qui ont rempli la promesse d'aller à San Andrés. C'est par ici que pousse la plante appelée namoradoira, dont on dit qu'elle sert à guérir les maux d'amour. Ici, dans la sierra da Capelada, se trouve O Cabo do Mundo, la falaise la plus haute de l'Europe atlantique. Nous trouvons ensuite les espaces naturels constitués par la plage d'Ortigueira et le cap d'Estaca de Bares où se rejoignent l'Atlantique et la mer Cantabrique.



Destinations touristiques


À ne pas manquer