Ce site emploie des cookies destinés à améliorer votre expérience en tant quutilisateur. Si vous continuez à naviguer, il est entendu que vous acceptez leur existence. Pour obtenir de plus amples informations, ou savoir comment changer votre configuration, consultez notre politique en matière de cookies



Ronda

Emplacement

Communauté autonome:
Andalousie

Province / Île:
Malaga

Málaga

Cette ville de la province de Malaga est séparée en deux par le Tajo del Ronda, un défilé profond de plus de 150 mètres. Sa vieille ville à été déclaré Bien d'intérêt culturel. Ce territoire fut occupé par les Celtes, les Phéniciens, les Romains et les Arabes et fut reconquis finalement par Rois Catholiques. La vieille ville, aux réminiscences arabes et au tracé médiéval, s'étend au sud du Guadalevín tandis que la ville moderne, qui surgit à partir du XVIe siècle, se déploie au nord de cette rivière. Plusieurs ponts relient les deux moitiés de Ronda, une des villes les plus intéressantes située sur la route des Pueblos Blancos (les villages blancs), en pleine Sierra de Ronda, à quelques kilomètres de la Costa del Sol.

Lire la suite

Ronda, que l'on appelle « la ville des châteaux », se dresse sur un promontoire naturel défendu, sur son côté le plus accessible par une alcazaba. De celle-ci, sont préservées les murailles et les portes les plus importantes permettant d'accéder à la ville. La puerta del Almocábar (XIIIe s.) était la porte d'accès au sud de la ville ; la puerta de Carlos I date du XVIe siècle et la puerta de la Exijara conduisaient au quartier juif. L'ancienne alcazabaCette enceinte renferme quelques constructions intéressantes, comme l'église del Espíritu Santo, de style gothique et Renaissance, que fit ériger Fernand le Catholique pour commémorer la Reconquête de Ronda. L'église de Santa María la Mayor est une autre œuvre religieuse intéressante, avec des éléments arabes et chrétiens. La Grande mosquée de Ronda fut construite par les Arabes au XIIIe siècle sur un ancien temple romain. De cette époque, sont conservés l'arc du mihrab, décoré en stuc, et el minaret, transformé en clocher. L'intérieur de la mosquée fut enrichi durant les siècles suivants d'éléments de décoration Renaissance et baroque, comme en témoignent le chœur, le coro et les autels. Le minaret de San Sebastián est clairement de style mudéjar, caractérisé par les décorations en stuc et les arcs outrepassés. Ce style sera utilisé par la suite dans l'architecture chrétienne. Les bains arabes, situés au bord de la rivière, font également partie de l'héritage musulman. Ils datent du XIIIe et sont très bien conservés. Au niveau de l'architecture civile de Ronda, nous remarquerons les demeures seigneuriales et les hôtels particuliers de l'aristocratie. Les palais de Mondragón et du marquis de Salvatierra et la Casa del Moro en sont quelques beaux exemples. Le premier de ces palais a hébergé durant des siècles les rois musulmans et chrétiens ; il abrite aujourd'hui le musée archéologique de la ville. Nous admirerons dans l'ancien palais du marquis de Salvatierra son balcon en fer forgé dans le plus pur style de Ronda. La Casa del Rey Moro est décorée dans un style gothique et mudéjar ; elle est entourée de jardins suspendus, classés jardins artistiques. Le musée du bandit de grand chemin (bandolero), le musée de la chasse et le musée Lara complètent à merveille la visite de cette partie de la ville. Le pont Arabe, le Vieux pont et le pont NeufTrois ponts traversent un précipice de plus de 100 mètres de profondeur et conduisent à l'autre bout de la ville. Le pont Arabe, construit au XIVe siècle, permettait d'accéder à l'Arrabal Viejo (l'ancien faubourg). Quant au Vieux pont, il est constitué d'un seul arc de quelque 10 mètres de diamètre. Le pont Neuf est le plus spectaculaire de tous : une colossale œuvre d'ingénierie reliant les quartiers du Mercadillo à la ville. Datant du XVIIIe siècle, ses fondations reposent sur la base du précipice. À divers endroits, sa hauteur atteint 98 mètres et sa longueur 70 mètres. L'ancienne Casa Consistorial (hôtel de ville), aujourd'hui transformé en parador, domine le paysage. C'est un excellent endroit pour se reposer et profiter du panorama. Aux cuisines le chef cuisinier prépare de savoureuses recettes typiques de Ronda, comme la perdrix à l'étouffée, le cabri rôti et la soupe aux amandes. Au dessert, on a le choix entre les yemas rondeñas (gâteau à base de jaunes d'œufs), les tortitas de miel (galettes au miel) et le queso de almendras (fromage aux amandes).Le paseo de Blas Infante et le mirador de los Reyes Católicos, près des arènes (considérées comme les plus anciennes d'Espagne) offrent de belles vues sur le paysage autour du Guadalevín. Dans la partie plus moderne de la ville, nous pouvons admirer l'église de Nuestro Padre Jesús et le pavillon de la Virgen de los Dolores. L'église, de style gothique, arbore un clocher Renaissance. Dans la chapelle de la Virgen, nous contemplerons les groupes de sculptures maniéristes qui ornent ses piliers. Ronda se pare de ses plus beaux atours à l'occasion des festivités de la ville, autant de moments opportuns pour venir la visiter. Les fêtes de Pedro Romero, avec ses corridas dans le style de Goya et son festival de musique flamenco, sont très réputées, de même que la Semaine Sainte, les fêtes de la Reconquista et la romería de Nuestra Señora de la Cabeza.Les villages blancs disséminés dans la sierra de Ronda, d'origine arabe, se caractérisent par l'intégration harmonieuse de l'architecture traditionnelle au sein d'un environnement naturel d'une rare beauté. Par ailleurs, d'autres localités de la région sont réputées pour leurs ruines phéniciennes (Jimena de Líbar) ou romaines (Acinipo). Algatocín et Atajate, au milieu des oliviers et des vignobles, sont clairement d'essence mauresque. La région de Ronda fait partie de l'Andalousie dite humide, où les paysages se composent d'une grande variété botanique, comme on l'observera dans les parc naturels de la Sierra de las Nieves, de la Sierra Bermeja et de la Sierra Crestellina. Le littoral est à deux pas, avec ses centres de loisirs que sont Benalmádena, Fuengirola, Marbella et Estepona.

Fermer




À ne pas manquer



Carte/Emplacement


X Passer à la version mobile