Ce site emploie des cookies destinés à améliorer votre expérience en tant quutilisateur. Si vous continuez à naviguer, il est entendu que vous acceptez leur existence. Pour obtenir de plus amples informations, ou savoir comment changer votre configuration, consultez notre politique en matière de cookies



Emplacement

Communauté autonome:
Galice

Province / Île:
Ourense


Orense s'étend sur les rives du Miño, un fleuve qui a influencé les destinées de la ville et que franchit le pont romain. Située à la croisée des chemins, Orense conserve dans sa vieille ville quelques édifices remarquables, en premier lieu sa cathédrale.

Lire la suite

Le Miño, qui traverse la ville sur son cours moyen, a déterminé la physionomie actuelle de la cité. Les Romains s'installèrent sur ce territoire il y a près de deux mille ans, attirés notamment par ses eaux thermales. Le vestige le mieux conservé de cette époque est le « a ponte vella » (le vieux pont), qui relie les deux rives du Miño. Il est devenu le symbole de la ville. Du pont romain initial, sont conservées quelques pierres de taille à la base du pont. Cet important ouvrage civil fut restauré aux XIIIe et XVIIe siècles jusqu'à obtenir son apparence actuelle, avec son arc en ogive et ses rampes.Les rues de la vieille ville sont jalonnées d'un riche patrimoine historique. La plaza Mayor, une place entourée d'arcades, était au centre de la vie sociale et commerçante de la ville, car c'est là où se tenaient le marché, les fêtes et plein d'autres activités ludiques et culturelles. L'édifice de la mairie domine cet espace. Sa construction date de la fin du XIXe siècle. Elle arbore une façade classique avec un balcon au premier étage et des portiques au niveau du rez-de-chaussée ; on remarquera le blason et l'horloge sur la partie supérieure. L'ancien palais épiscopal jouxte cet immeuble. Il fut érigé à l'endroit où les Romains s'étaient implantés originellement ; les travaux débutèrent au XIIe siècle. De ses agrandissements et restaurations ultérieures, nous observerons sa façade baroque, réalisée au XVIIIe siècle. Ce palais accueille aujourd'hui les fonds du musée archéologique, lesquels sont répartis en deux sections : l'une a trait à l'archéologie, avec une collection d'objets et de pièces d'art allant du paléolithique au Moyen Âge ; l'autre section concerne les Beaux-Arts.Près de cette place, nous admirons ensuite l'église de Santa María Madre. Elle fut construite en style baroque au XVIIIe siècle sur un autre temple datant de 1084. De cette ancienne basilique, ont été conservées plusieurs colonnes ornées de chapiteaux en marbre. L'église actuelle se compose de trois corps flanqués de deux grosses tours et d'un fronton décoré de blasons. La tour de l'horloge de la cathédrale de San Martiño domine toute la vieille ville. La cathédrale fut construite entre le XIIe et le XIIIe siècle et fut consacrée en 1188. Côté façade, nous pouvons observer le pórtico del Paraíso, un portique du XIIIe siècle inspiré par le portique de la Gloria de la cathédrale de Saint Jacques de Compostelle. La porte sud, qui donne accès à la plaza del Trigo, est celle qui reflète au mieux le style roman de transition vers le gothique qui prévalait au moment de la construction de la cathédrale. Quant à la tour de l'horloge, on remarque qu'elle fut construite plus tard, au XVIe siècle, tout comme le portail ouest. La cathédrale présente un plan en croix latine, trois nefs et un transept muni d'une tour lanterne en son centre. Le chœur renferme un grand retable réalisé par Cornielis de Holanda en 1520, qui représente des scènes de la Sainte Vierge et de Jésus. Des chapelles latérales, nous remarquerons celle du Santo Cristo, due à Juan de Herrera (XVIe s.), dans laquelle est vénéré un Christ gothique (XIVe s.). Le musée de la cathédrale est installé dans la claustra nova, l'ancien cloître gothique. Ce musée rassemble des pièces d'art sacré, dont certaines sont de grande valeur.Dans ce bel environnement de rues et et de petites places, où trônent les fontaines et les traditionnels cruceiros (croix galiciennes en pierre qui se dressent sur une colonne), nous pouvons admirer d'autres édifices présentant un grand intérêt. Ne manquons pas de visiter le palais de Oca-Valladares, considéré comme l'un des plus remarquables de Galice. Construite au XVIe siècle, cette ancienne demeure Renaissance arbore une façade à deux étages et un balcon central décoré des blasons de plusieurs familles nobles de Galice. À partir de 1850, l'immeuble devint le siège du Liceo Recreo, une vieille institution culturelle d'Orense.L'église de Santa Eufemia appartenait à l'origine à un ancien couvent de jésuites. Les travaux de construction de cette église débutèrent au XVIIe siècle mais ne prirent fin qu'au XVIIIe. On ne conserve de cette époque que la somptueuse façade baroque, avec ses colonnes et ses formes concaves. L'église, la plus vaste après la cathédrale, adopte un plan en croix latine avec trois nefs. On admirera l'autel baroque et l'image du Cristo de la Esperanza (XVIIIe siècle).Le couvent de San Francisco (XIVe s.), classé monument historique, se distingue par son cloître, l'un des plus remarquables de Galice. Il est construit sur plan rectangulaire et possède 63 arcs ogival soutenus, dans leur majorité, par des colonnes doubles. La décoration de cet espace particulier est riche et variée : des représentations humaines, animales et végétales ornent les chapiteaux ainsi que les espaces entre les colonnes. On ne peut quitter la ville sans avoir visité las Burgas, des fontaines d'eaux thermales qui ont fait la réputation d'Orense. La plus ancienne est la Burga de Arriba, une fontaine de style traditionnel du XVIIe siècle. La Burga de Abajo, du dix-huitième siècle, est en style néoclassique et se compose de trois corps avec leurs jets respectifs. Les fêtes, la gastronomie et les environsFévrier est le mois idéal pour venir découvrir Orense et ses habitants car c'est l'époque du carnaval (appelé ici Entroido), un des plus curieux d'Espagne. Il se distingue par son folklore haut en couleur et ses personnages typiques (peliqueiros), qui plongent leurs racines dans les traditions les plus anciennes de la province. Chaque bar et chaque restaurant de la vieille ville vous proposeront de déguster les excellents vins produits dans toute la province, qui sont protégés au sein de quatre appellations d'origine contrôlée : Ribeiro, Valdeorras, Ribeira Sacra et Monterrei. Chacun de ces vins accompagnera idéalement la cuisine consistante d'Orense. Parmi les plats traditionnels d'Orense, figurent le poulpe, la viande « ó caldeiro » (veau cuit à l'huile avec de l'ail et du paprika) et le cabri rôti. L'empanada de anguilas (friand aux anguilles) est une spécialité très demandée au printemps. Au rayon pâtisserie, les spécialités d'Orense sont les marrons glacés et les cañas pasteleras (galettes fourrés à la crème).Orense est située sur la Ruta de la Plata, une vieille route qui reliait traditionnellement le sud et le nord-ouest de la Péninsule et qui était empruntée par les pèlerins se rendant à Saint Jacques de Compostelle. La province est jalonnée de régions chargés d'histoire. Au nord, nous nous rendons vers l'une des plus belles régions : la Ribeira Sacra, traversée par le canyon du Sil et agrémentée d'un grand nombre de monastères et d'églises médiévaux encore bien conservés. Vers la moitié sud, nous entrons dans deux des espaces protégés les plus remarquables de Galice : le parc naturel de Baixa Limia-Serra do Xurés et le parc naturel de O Invernadeiro. Le parador de Verín, situé en face de la forteresse de Monterrei, permet de profiter de ces espaces naturels et de découvrir la vieille ville de Monterrei, classée Site historique.

Fermer




À ne pas manquer



Carte/Emplacement


X Passer à la version mobile