Ce site emploie des cookies destinés à améliorer votre expérience en tant quutilisateur. Si vous continuez à naviguer, il est entendu que vous acceptez leur existence. Pour obtenir de plus amples informations, ou savoir comment changer votre configuration, consultez notre politique en matière de cookies



Pont d’Alcántara

Emplacement

Communauté autonome:
Estrémadure

Province / Île:
Caceres

Cáceres

La vieille ville d'Alcántara se déploie sur les derniers contreforts de la sierra de San Pedro, sur les rives du Tage. Cette ville possède un patrimoine historique très dense, étant située sur la « Raya » (« la raie »), c'est-à-dire la frontière qui séparait par le passé l'Espagne et le Portugal. Son pont romain et les bâtiments construits par l'ordre d'Alcántara figurent parmi les curiosités les plus intéressantes de la ville. Des forêts de chênes verts et de chênes-lièges entourent le barrage d'Alcántara, un endroit idéal pour pratiquer des sports nautiques, partir en randonnée ou monter à cheval. Les rives du Tage sont idéales pour les pêcheurs.

Lire la suite

Alcántara est une des constructions les plus importantes de la province de Cáceres. Ses origines remontent à l'Hispanie romaine. Le pont romain, un joyau d'ingénierie, fut bâti au IIe siècle apr. J.-C. au-dessus du Tage, appelé alors « Tagus Aurifer ». Il mesure deux cents mètres de long, soixante mètres de haut et possède six arcs. Il conserve, par ailleurs, un arc honorifique dédié à l'empereur Trajan.dans le centre de la ville, d'autres constructions valent le coup d'œil. Elles sont l'œuvre de l'ordre d'Alcántara. Au cours du Moyen Âge et jusqu'au XIIIe siècle, l'Estrémadure se trouvait à la frontière entre les royaumes de Léon et les royaumes musulmans. Ceci explique l'énorme contrôle exercé sur ces terres par les ordres militaires après la reconquête. L'église paroissiale de Nuestra Señora de Almocóvar illustre parfaitement cette période, où l'on continuait à construire selon les préceptes du style roman (un style déjà répandu au nord de la Péninsule). Cette église fut bâtie sur une ancienne mosquée. Elle possède de beaux portails annonçant déjà le futur style gothique. Les peintures de Luis MoralesAlcántara conserve beaucoup d'autres constructions de valeur, dont les églises de San Benito, San Pedro et Rocamador. La découverte et la colonisation de l'Amérique enrichit l'Espagne, ce qui se répercuta sur la richesse de l'ornementation de ces églises. Le pouvoir politique de la Maison d'Autriche en Espagne se reflète également dans ces nouvelles constructions et dans les restaurations d'édifices médiévaux, comme celui d'Almocóvar, qui reçut l'apport de peintures sur bois du grand peintre d'alors : Luis Morales.C'est ainsi qu'à partir du XVIe siècle débutent les travaux de San Benito de Alcántara, le centre administratif et religieux de l'ordre d'Alcántara. L'ensemble possède un couvent, une église et une auberge, où travaillèrent les artistes du moment, comme Pedro Larrea et Pedro de Ybarra. Son cloître gothique fut bâti sur une forteresse arabe. Il possède, entre autres, une loggia extérieure à trois étages.Enfin, l'église de San Pedro de Alcántara, érigée au XVII, possède les mêmes éléments plateresques et protobaroques que les précédentes. La région d'Alcántara est idéale pour les amoureux de la nature. Le Tage, le barrage d'Alcántara tout proche et les grandes forêts de chênes-liège et de chênes verts au pied des sierras de San Pedro et de Gata permettent au visiteur de pratiquer de nombreuses activités. Des circuits à pied, à vélo, en 4x4 ou à cheval parcourent ce site naturel. En outre, on peut s'y adonner à la pêche, dans les étangs, les rivières et les barrages des alentours. Appellation d'origine Ribera del GuadianaUne autre façon de connaître la terre d'Alcántara est de déguster ses succulentes recettes. Les légumes secs (morue aux pois chiches) et le petit gibier (faisans et perdrix) sont quelques-uns des produits les plus appréciés dans la province de Cáceres. Dans cette région, la tanche se prépare selon différentes recettes. Pour bien terminer le repas, rien de tel qu'un desserts maison ou une de ces pâtisseries dont la recette est héritée des couvents. Les vins d'appellation d'origine Ribera del Guadiana accompagnent à merveille tous ces délices.Coria, Plasencia, Cáceres, San Vicente, Santiago et Valencia de Alcántara sont quelques-unes des destinations où nous pouvons nous rendre au départ d'Alcántara. Coria, classée site historique d'intérêt culturel, se trouve dans la vallée de l'Alagón. Parmi son patrimoine historique, citons le château, le palais épiscopal et la cathédrale, avec son portail Renaissance de « El Perdón ». Une occasion idéale pour la visiter : la Fiesta del Toro de Sant Juan, une fête classée d'intérêt touristique régional. Plasencia se déploie le long du Jerte. Cette ville est une des étapes de la Ruta de la Plata. Parmi ses centres d'intérêt, mentionnons les deux cathédrales des XIIIe et XVIe siècles, la plaza Mayor et une vieille ville médiévale jalonnée de palais, de demeures seigneuriales et d'églises. L'ancien couvent de Santo Domingo abrite le parador de cette localité classée site d'intérêt historique et culturel. Cáceres, la capitale de la province, se trouve un peu plus au sud. Sa vieille ville est classée Patrimoine mondial. Parmi les palais, les demeures seigneuriales et plus d'une dizaine de tours, nous découvrons le palais de Torreorgaz, qu'occupe le parador de Cáceres. Il s'agit d'un des meilleurs exemples d'architecture seigneuriale de cette ville entourée de remparts. San Vicente, Santiago et Valencia de Alcántara sont entourées de forêts de chênes-lièges et de chênes verts. À San Vicente de Alcántara, nous pouvons visiter l'église paroissiale de San Vicente Mártir et le château de Piedrabuena. Valencia de Alcántara, quant à elle, possède un important patrimoine mégalithique, dont en particulier des dolmens en parfait état de conservation. Son quartier gothique conserve d'importantes œuvres médiévales, comme l'église de Nuestra Señora de Rocamador, classée d'intérêt historique-artistique. Santiago de Alcántara possède d'intéressantes peintures rupestres dans la « La Cueva del Borrico » (la grotte de l'âne) et de belles œuvres d'art dans l'église de Nuestra Señora de la Consolación.

Fermer




À ne pas manquer



Carte/Emplacement


X Passer à la version mobile