Ce site emploie des cookies destinés à améliorer votre expérience en tant quutilisateur. Si vous continuez à naviguer, il est entendu que vous acceptez leur existence. Pour obtenir de plus amples informations, ou savoir comment changer votre configuration, consultez notre politique en matière de cookies



Drapeaux de l’Union européenne

L'Espagne dans le cadre de l'Union Européenne

Le 1er janvier 1986, l’Espagne est devenue membre de plein droit de l’Union européenne. L’année suivante, tous les Etats membres ont signé l’Acte unique européen, qui a donné un véritable élan à la création d’un marché intérieur unique et à l’élargissement des compétences de l'organe supranational. Ce processus d’intégration a considérablement évolué après la signature du Traité de l’Union européenne (Maastricht, 1992), qui a constitué un pas un avant dans l’intégration économique et politique. Le traité fut le point de départ des différentes phases de l’union monétaire et de la création de la Banque centrale européenne. Dès le départ, l’objectif primordial de la politique économique du gouvernement espagnol a été le respect des conditions requises pour rejoindre le groupe des pays qui allaient former l'union économique et monétaire. Une fois obtenu le cadre de stabilité économique requis, le 1er janvier 1999, l’Espagne adopte la monnaie commune européenne aux côtés des onze autres Etats membres de l'UE. Le 1er mai 1999, l’entrée en vigueur du Traité d’Amsterdam représente une nouvelle avancée dans la construction européenne par le renforcement des politiques communautaires marquées dans le Traité de l’Union, et en particulier par l’établissement d’une politique pour l’emploi et la création d’un espace de liberté, de sécurité et de justice. D’autre part, en décembre 2000, les Etats membres de l’Union européenne ratifient le Traité de Nice qui élargit l’Union européenne aux pays du centre et de l’est de l’Europe. Ce traité vise à l'adaptation de l'Union, ses institutions et ses mécanismes de décision, à une Europe constituée par un total de 28 États membres. En vertu de ce traité, l’Espagne maintient ou augmente son poids spécifique à hauteur de sa population et de son importance économique au sein de l'UE. Cependant, l’étape la plus décisive de l’Union européenne a été l’implantation de l’euro : la monnaie unique est entrée en circulation le 1er janvier 2002 dans la plupart des Etats membres. Depuis son incorporation, l’Espagne a par quatre fois assumé la présidence de l’Union européenne : au premier semestre 1989, au second semestre 1995, au premier semestre 2002 et au premier semestre 2010. Au cours de ces périodes, les décisions les plus importantes ont été l’approbation du « Rapport Delors », étape préalable au Traité de l’Union européenne ou de Maastricht de 1992 (première présidence), et la désignation de l’euro comme monnaie européenne (seconde présidence). En 2002, les principaux enjeux de la présidence de l’Union européenne étaient la lutte contre le terrorisme, la poursuite des réformes économiques et sociales ainsi que le respect du calendrier de l’élargissement. Finalement, la présidence de 2010 a été marquée par l’encouragement de l’adhésion de l’UE à la Convention européenne des droits de l’homme, la mise en marche du nouveau plan d’égalité effective entre les femmes et les hommes, et la décision politique de promouvoir l’Ordre de protection européen. Les initiatives de l'UE dans lesquelles l'Espagne a joué un rôle fondamental et a mis en œuvre une activité particulière sont l'implantation et la consolidation de l'idée d'une Europe des citoyens et le développement de mesures concrètes en ce sens (concept de « citoyenneté européenne », passeport européen, etc.), ainsi que l'affirmation de l'Europe sociale, parallèlement à l'idée de l'Europe économique et monétaire : défense et application de la cohésion économique et sociale de l’Union européenne et de la création d’emploi, en tant que moteur de cette cohésion ; l’intérêt pour le développement de la politique européenne commune dans les affaires de justice et de l’intérieur, en particulier pour la lutte contre la délinquance internationale organisée, le trafic de stupéfiants et le terrorisme (il s’agit d’établir progressivement un « espace de liberté, de sécurité et de justice » commun) ; le processus de développement et d’institutionnalisation des relations entre l'UE et l’Amérique latine, dont l’événement le plus marquant a été le sommet euro-latino-américain de Rio de Janeiro en 1999 ; et finalement, la stabilité politique dans le bassin méditerranéen (intensification des liens de coopération avec les pays méditerranéens d’Afrique du nord, rôle de médiation active dans le processus de paix au Proche-Orient, organisation de la Conférence de Barcelone sur la sécurité et la coopération en Méditerranée). Dans son effort pour encourager la collaboration et le développement des relations internationales dans le bassin méditerranéen, l’Espagne joue un rôle essentiel dans le fonctionnement de l’Union pour la Méditerranée (UPM), dont le siège est à Barcelone.

X Passer à la version mobile