Ce site emploie des cookies destinés à améliorer votre expérience en tant quutilisateur. Si vous continuez à naviguer, il est entendu que vous acceptez leur existence. Pour obtenir de plus amples informations, ou savoir comment changer votre configuration, consultez notre politique en matière de cookies



Poteries, vestiges archéologiques

Principaux faits historiques de l'Espagne

L'histoire de l'Espagne est la synthèse des influences des différentes cultures ayant existé sur le territoire.

Les premiers habitants de la Péninsule ont été les Celtes et les Ibères. Les premiers témoignages écrits existants sur la Péninsule datent de cette époque. « Hispania » (nom donné par les Romains à la Péninsule) serait un mot d'origine sémite provenant de « Hispalis » (Séville). Entre 1 100 av. J.-C. et jusqu'au milieu du IIIème siècle av. J.-C., le contact commercial et culturel avec les grandes civilisations méditerranéennes a été assuré par les Phéniciens et les Grecs. À la fin de cette période, ceux-ci seront repoussés, respectivement par les Carthaginois et les Romains. La présence romaine en Espagne a duré sept siècles pendant lesquels se sont dessinées les limites de base de la Péninsule par rapport aux autres peuples européens. Outre, l'administration territoriale héritée de Rome, il faut souligner notamment le concept de la famille, le latin comme langue, la religion, le droit… Au début du Vème siècle, de nouvelles populations venues du nord se sont installées dans la péninsule : les Wisigoths, dans le centre et les Suèves, à l'ouest. Ces peuples germains se considéraient eux-mêmes comme les descendants du feu pouvoir impérial. L'intégration hispano-germaine a été un processus rapide, sauf dans le nord-ouest de la péninsule, habité par les Basques, les Cantabres et les Asturiens, résistants non seulement à la conquête romaine, mais aussi wisigothique et, plus tard, musulmane. La décomposition de l'appareil de l'État wisigoth conduira, au début du VIIIème siècle, à l'invasion successive de troupes arabes et berbères depuis l'autre rive du détroit de Gibraltar. Au milieu du VIIIème siècle, les musulmans s'empareront de Cordoue pour en faire le centre du florissant État d'Al Andalous. La présence arabe en Espagne a duré près de sept siècles et a laissé des traces indélébiles dans le patrimoine culturel espagnol. Les petits réduits chrétiens du nord de la Péninsule, après une longue période de coexistence pacifique, entreprendront la Reconquête, dont le point culminant sera la prise de Grenade, en 1 492, sous le règne des Rois catholiques, considérés généralement comme les instigateurs de l'unité de la péninsule et de l'entreprise impériale de la Renaissance espagnole. C'est aussi pendant le règne des Rois catholiques - et sous leurs auspices - que Colomb découvrira le Nouveau Continent (l'Amérique), dessinant les nouvelles frontières du plus grand empire d'Occident. L'hégémonie espagnole dans le monde atteindra son apogée au XVIème siècle et celle-ci perdurera jusqu'au milieu du XVIIème siècle. Les Rois catholiques et surtout Philippe II, seront les instigateurs de ce qui fut, au XVIème siècle, le prototype de l'État absolutiste moderne. Philippe V fondera la branche espagnole des Bourbons, suite au décès sans descendance de Charles II, qui fut le dernier Habsbourg. L'Illustration espagnole sera une époque se caractérisant par son d'équilibre externe, ses réformes et son développement interne. Mais, la crise de l'Ancien Régime, ouvrira les portes à l'invasion napoléonienne. La guerre d'Indépendance sera une guerre contre l'invasion française, mais aussi une guerre révolutionnaire du fait de la participation décisive du peuple et de la création évidente d'une conscience nationale qui se concrétisera, plus tard, dans la Constitution de 1 812. Ainsi, les « Cortes » de Cadix promulgueront l'une des premières Constitutions au monde ratifiant dans ses principes fondamentaux, la souveraineté de la Nation. Le conflit entre libéraux et absolutistes, c'est à dire entre deux conceptions de l'État, sera une constante, tout au long du XIXème siècle en Espagne. Le règne éphémère d'Amédée de Savoie, la première tentative républicaine suivie de la Restauration de la monarchie avec le couronnement d'Alphonse XII, confronteront l'Espagne, aux portes du XXème siècle, à une série de problèmes importants non résolus. Ceux-ci s'aggraveront après la perte définitive des derniers réduits de l'empire colonial : Cuba et les Philippines. Malgré la parenthèse de la Première Guerre Mondiale, dans laquelle l'Espagne restera neutre et après la dictature de Primo de Rivera, le pays traversera une nouvelle crise monarchique qui conduira à l'exil du Roi Alphonse XIII. C'est grâce aux urnes que l'Espagne connaîtra sa première expérience démocratique du XXème siècle : la Seconde République. Mais ce ne sera qu'une tentative éphémère de grande réforme dont le pays avait besoin, avortée par le coup d'État militaire du Général Franco qui conduira à la Guerre civile de 1 936. La victoire militaire du Général Franco se traduira par une longue dictature qui perdurera jusqu'en 1 975. Celle-ci se caractérisera par un contrôle politique interne de fer et l'isolement de la scène internationale, mais ceci n'a pas empêché un début de développement économique au cours des années soixante. Après la mort du Général Franco, les Espagnols ont entrepris la transition pacifique de la dictature à la démocratie. D'ailleurs, ce processus est désormais connu sous le nom de « modèle espagnol ». Juan Carlos Ier, en tant que Roi de tous les Espagnols, est le plus haut dignitaire de cet État de Droit, social et démocratique, tel que l'établit la Constitution de 1 978.

X Passer à la version mobile